ACECI : Vers la certification des produits « Karire Product »

Dans le but de valoriser ses produits, l’ACECI a organisé mardi 25 mars 2020, un atelier de consultation nationale pour la validation des normes sur les produits à base de la cataire. Ginette Karirekinyana, directrice et fondatrice de karire Product espère qu’avec la validation de ces normes et la certification, ces produits seront vendus sur le marché régional et international

« La mise en place des références normatives sur le territoire national permet de valoriser les produits pour les rendre commercialisables sur le territoire national, régional et international », indique Dr Jean Félix Karikurubu, Directeur Général du Bureau Burundais de Normalisation et Contrôle de qualité. Il souligne que la formulation d’une norme prend premièrement une allure nationale avant d’être référencée au niveau régional et international et à l’organisation internationale de la standardisation. Sur ce, Dr Karikurubu invite les  industrielles à emboîter le pas à  Karire Product pour faire certifier ces produits. Pour Dr Karikurubu, après la validation des normes, suivra le test d’efficacité de ces produits karire et enfin la certification pour que le produit soit commercialisé partout.

Les produits non certifiés sur le marché

Parlant sur la problématique des produits rencontrés sur le marché alors qu’ils ne sont pas certifiés, le Directeur Général de la BBN indique que ce bureau est à l’œuvre pour que tout produit qui est fabriqué sur le territoire burundais ne soit pas introduit sur le marché avant la certification. Pour y parvenir, informe le DG, le BBN a changé des stratégies pour être auprès des industriels qui sont en train de produire pour les accompagner afin qu’ils mettent sur le marché des produits de qualité indiscutable.  Selon lui, même si certains industriels ont déjà compris l’importance de la certification des produits, d’autres traînent à comprendre l’importance de la certification suite aux moyens financiers limités.

Pour les produits déjà introduits sur le marché alors qu’ils ne sont pas certifiés, Dr Karikurubu informe que le BBN est à l’œuvre pour les dénombrer afin d’empêcher les populations de les consommer. Et Karikurubu d’inviter les industriels à faire certifier leurs produits avant de les mettre sur le marché.

Les défis auxquels font face le BBN

Le BBN connaît un certain nombre de défis dans l’exercice de sa mission. Il s’agit du déficit en ressources humaines qui empêche le BBN d’être  présent sur tout le territoire national. Mais, explique Dr Karikurubu, avec la restructuration du BBN, des solutions sont en train d’être initiées auxquels il ajoute la fortification de la capacité opérationnelle, la fortification du laboratoire pour les aliments mais aussi celle des matériaux de construction et des produits textiles. « L’autre problématique, c’est la mise en place d’une infrastructure spécialisée pour un bureau de normalisation, ajoute-t-il.

Ginette karirekinyana, fondatrice et directrice de Karire Product

La certification, une valeur ajoutée pour les produits

Ginette karirekinyana, fondatrice et directrice de Karire Product indique que la validation des normes  de ses produits a traîné. Elle explique que cela est lié au fait que la cataire est une plante venant de l’extérieur, d’où ni au Burundi ni dans la région, non plus dans le monde, les normes qui pourraient aider à obtenir la certification n’existent pas. « Cela est compréhensible parce que ce sont des produits innovants qui n’existent nulle part dans la région et se réjouit qu’actuellement, le Bureau Burundais de Normalisation et de contrôle de qualité est au courant de ces produits,   c’est donc leur mission de travailler sous ces normes afin que ces produits soient certifiés et puissent être mis sur le marché local, régional et international avec le cachet du BBN et une étiquette made in Burundi », précise Mme Karirekinyana. Elle fait savoir qu’une fois certifiés, ces produits karire Product seront inscrits sur la liste des produits made in Burundi.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une