array(6) { ["NewConfirmed"]=> int(565744) ["TotalConfirmed"]=> int(45576990) ["NewDeaths"]=> int(7839) ["TotalDeaths"]=> int(1188787) ["NewRecovered"]=> int(245901) ["TotalRecovered"]=> int(30538194) } Buterere : Les victimes des inondations appellent au secours – Ejoheza News

Buterere : Les victimes des inondations appellent au secours

Les inondations qui se sont abattues  sur la zone Buterere ont laissé  certaines familles sans abri. Ces dernières sont obligées de se réfugier ailleurs, la majorité dans les établissements scolaires. Le cas alarmant est celui des familles regroupées à l’ex chef-lieu de la commune Mutimbuzi. Ils disent qu’ils vivent dans des situations déplorables et ne bénéficient d’aucune assistance. Ce que dément Eddy Paul hakizimana, Administrateur de la commune Ntahangwa qui affirme que l’assistance est régulièrement donnée

Auparavant les rescapés  des inondations se sont réfugiés à l’école fondemtale de Buterere II ou Ecofo Mubone. Ils y ont passé quelques jours. Malheureusement, la rentrée scolaire pour le second trimestre a sonné et les victimes  doivent trouver où aller. Certains retournent dans le quartier  et occupent les maisons en constructions dont certains ignorent même  les propriétaires. D’autres trouvent refuges chez ses amis ou connaissances. Ceux qui n’ont pas où aller ont dû trouver refuge à l’ex chef-lieu de la commune Mutimbuzi. Ils occupent une des maisons qui constituait le bureau communal. Comme ces victimes le disent, ils gravitent autour de 350 personnes. Des enfants à majorité, des femmes et filles mais aussi des hommes. Certains en âge avancés, d’autres des jeunes. Sur leur visage, on peut lire la détresse et le désespoir. Ils ne se parlent pas ou parlent avec des voix entrecoupées comme s’ils sont malades. Certains avec des mains sur leurs joues en signe de désespoir. D’autres se tiennent le ventre comme s’ils ont des démangeaisons au niveau de l’estomac. La majorité des enfants pleurent. D’autres dorment même sur le sol. A en croire leurs dires, ces gens dorment affamés. Ils n’ont pas de moustiquaires ou  de couvertures. Ils n’ont pas non plus de places suffisantes où  dormir. Les femmes indiquent qu’elles dorment à huit sur une natte d’un mètre sur deux. Et, pour gagner de place elles doivent dormir dans des sens opposés. Les enfants quant à eux,  dorment à la barza. Les hommes à la belle étoile sous les arbres qui se trouvent près de ces maisons. Et le calvaire leur  arrive quand il pleut.

Qui viendra nous sauver ?                             

Pascaline Manirakiza est mère de 5 enfants. Elle est une veuve. Elle fait savoir que depuis qu’ils sont arrivés à l’ex chef-lieu de la commune Mutimbuzi, aucune assistance n’a été donnée aux victimes. « L’administration locale ne fait que donner des promesses qui ne tiennent pas.  Elle nous dit toujours d’attendre. On se demande même où sont passées les organisations et les associations qui qui assistaient les personnes en situation déplorable comme nous  », déplore-t-elle. Souvent nous entendons que les victimes des inondations du quartier Winterekwa bénéficient d’une assistante de part et d’autres faites de divers articles mais personnes ne pensent à nous. Qui viendra nous sauver ? « Nous avons besoins des couvertures, des moustiquaires, de quoi se nourrir. Les élèves ont besoins des kits scolaires car, tout a été emporté par les inondations. Nous avons aussi besoins des ustensiles de cuisine mais aussi des kits de dignité pour les  femmes et les filles », raconte-elle.

Donatien Ndayisaba, une des victimes trouve que la solution durable serait la canalisation complète et effective des caniveaux qui se perdent dans divers endroits de la zone Buterere. Sinon, l’assistance en vivres et en non vivres serait sans effet durable au regard de l’ampleur des inondations.

Eddy Paul Hakizimana, Administrateur de la commune Ntahangwa dément tout ce que disent les victimes. Il indique que ce sont des mensonges car, depuis que les inondations se sont abattues sur eux,  ils reçoivent régulièrement l’assistance. Il ajoute que même, le matin du 14 janvier 2020, ils vont recevoir l’assistance. 

Au niveau de la croix rouge,  l’on indique que c’est le gouvernement qui a pris les choses en mains.

Genèse des inondations

Donatien Ndayisaba est natif de la zone Buterere. Il habite le quartier Mugaruro. Il indique que les inondations qui s’abattent sur les quartiers de la zone Buterere sont les résultats du mauvais aménagement du territoire. En plus d’être une zone marécageuse, Buterere est victime des caniveaux construits en amont dans différents quartiers et zone de la commune Ntahangwa. Ces caniveaux sont aménagés jusque-là où il y a des  gens dignes de nom. « Lorsqu’ils protègent leurs familles et leurs habitations,  ils ne pensent pas aux personnes de faibles niveaux de vie. C’est pourquoi on construit des caniveaux dont l’issu est la zone Buterere », déplore Ndayisaba. Il fait remarquer que les inondations de Buterere proviennent principalement de la rivière Gasenyi, du caniveau traversant la 20e avenue de la zone Kinama, du caniveau traversant le quartier Bukirasazi de la zone Kinama et de la rivière Kinyankonge dont les eaux se perdent dans les champs de riz de la zone Buterere mettant ainsi certaines familles dans une misère sans merci et dans une détresse totale.

Notons qu’à chaque fois que la pluie tombe, une ou deux personnes voire plus doivent se déplacer car les maisons continuent de s’écrouler suite à l’humidité accrue  que connaissent ces maisons. 

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une