Coronavirus : Les conséquences économiques se font sentir en mairie de Bujumbura

Après certaines mesures de prévention du Codiv-19 prises par l’Etat, les conséquences commencent à se manifester en mairie de Bujumbura dont la carence des désinfectants, la flambée des prix de certains produits. C’est ce que le journal Ejoheza News a constaté sur terrain ce lundi 23 mars 2020 dans une descente qu’il a effectué dans certains  supermarchés dont T2000, la pharmacie Alchem et Home Wolrd Alimentation.

Lundi le 23 mars 2020, le journal Ejoheza News s’est rendu sur terrain pour s’enquérir de la disponibilité des désinfectants et de la mise en application des mesures de prévention telles que éditées par différentes institutions gouvernementales. Le journal a donc constaté  que la mise en application des mesures de prévention a été respectée dans certains endroits même si tout n’est pas rose. Dans les gares du centre-ville, des kits de lavage de mains sont installés. Aussi, a chaque entrée des supermarchés ou  galeries, ce kit y est installé muni de savon soit liquide ou solide. Cependant, constate le journal, dans plusieurs magasins de la marie, il s’observe une carence  de savons liquides utilisés lors de lavage de mains. A l’alimentation Home World dénommé  « ku Bashinwa », une  petite quantité  de désinfectants restait mais à des prix presque triplés  par rapport aux anciens prix d’avant la déclaration des mesures de prévention du corona. Une petite bouteille de 100 ml de savon liquide coûte 5000 FBu, l’autre  de 300  ml s’achète à  9 000 FBu tandis que celle d’un litre s’achète  à 18 000 FBu. Aucun autre magasin n’en possédait. Au magasin T2000,  le stock a été épuisé depuis dimanche le 22 mars 2020. A la pharmacie Alchem, il y a une semaine que les désinfectants  ne sont pas trouvables.

Les téléphones sont aussi concernés par cette flambée

Conscient que les téléphones sont en grande partie fabriquées en chine, les prix de ces moyens de communication téléphoniques  ne cessent de flamber car les commerçants ne font qu’écouler les stocks déjà constitués  sans pour autant s’approvisionner en d’autres.  Ainsi, les commerçants haussent les prix du jour le lendemain.

Un commerçant de téléphones rencontré à l’endroit dénommé « Bata » en plein centre-ville fait savoir  que les commerçants de téléphones ont rehaussé  les prix car les frontières sont presque fermées. Il indique que ces derniers ne peuvent plus aller à l’étranger pour se procurer des marchandises. Raison pour laquelle les prix grimpent « Sur instruction de mon patron, je peux même rehausser le prix d’un téléphone a plus en discussion », témoigne ce commerçant. Il indique qu’actuellement, il vend des téléphones se trouvant en stocks ou ceux en provenance du Rwanda  où les mesures de confinement sont de mises mettant à genou ainsi l’activité commerciale. « Même si le l’affluence est faible par rapport au mois passé, les prix peuvent être rehaussés le lendemain si la situation reste ainsi », dit-il. Il fait savoir qu’un téléphone de marque itel 5606 qui s’achetait à 35.000FBu, s’achète actuellement à 40.000FBu au moment celui de marque  Tecno 3 Air dont le prix était de 250.000 FBu s’achète  à 300.000FBu. Ce commerçant signale que même si les choses sont ainsi, le pouvoir d’achat de la population reste  faible. Ce qui s’explique par le fait que les clients  préfèrent acheter  les téléphones moins chers par rapport aux téléphones chers.

Une autre commerçante rencontrée à l’OBAMA Shop située sur la chaussée Prince Louis Rwagasore a  fait savoir qu’elle n’a aucun problème lié aux mesures de prévention du Codiv-19. Elle indique que même si les clients se plaignent de la flambée des prix, ils continuent à acheter.

Un commerçant musulman qui vend les accessoires des téléphones quant à lui déplore le fait que certains commerçants se cachent derrière les mesures de prévention du covid-19 pour rehausser les prix de leurs marchandises. Il leur demande d’arrêter les spéculations car les produits qu’ils vendent étaient déjà dans les stocks. Lui  promet de vendre à l’ancien prix car sa religion ne lui permet pas de voler les gens.

Rappelons dans une conférence de presse animée mercredi le 18 mars, le ministre de la santé  Thaddée Ndikumana avait prévenu que les commerçants qui rehaussent les prix suite aux mesures de prévention du covid-19 seront punis sévèrement.

Recommended For You

About the Author: Richard Nsengiyumva

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une