Des différends au sein de l’église El Shaddaï : Plus de 80 % des membres ont quitté

Deux parties en conflits sont nées au sein de l’église El Shaddaï, il y a un an et demi. Ces dernières étaient en lisse pour la représentation légale. Cependant, suite aux désaccords, des différends ont éclaté entrainant ainsi le départ de plus de 80 % des fidèles de cette église. La  partie lésée a jugé bon de saisir la justice.

Il y a belle lurette que des conflits de leadership s’observent dans certaines églises burundaises. Alors que ces conflits persistent au sein de l’église adventiste du 7ème jour et dans d’autres, maintenant, c’est aussi le tour de l’église El Shaddaï.

Maître Désiré Habarugira, avocat du pasteur Olivier Derain, indique que cette crise de leadership est née, après que le ministère ayant les confessions religieuses dans ses attributions ait sorti une circulaire en avril 2019, interdisant les étrangers de représenter légalement les confessions religieuses au Burundi. Il fait savoir qu’après cela, le pasteur Olivier Derain, représentant légal, visionnaire et fondateur de cette église a organisé, en date du 20 mai 2019, à la demande écrite du ministre de l’Intérieur d’alors, une réunion en Assemblée Générale, pour élire un nouveau représentant national. A l’issue de cette réunion, Floribert  Nkezabahizi a été élu à la tête de l’église El Shaddaï en tant que Représentant Légal.

Après deux jours, soit le 22 mai 2019, dit-il, l’adjoint du pasteur Olivier Derain a tenu une autre réunion, convoquée dans les 24 heures sur whatsapp, avec 3 membres présents, sur les 18 que comptait l’Assemblée Générale d’alors. Ceci est qualifié d’illégal par les autres membres de ladite Assemblée Générale. Dans cette Assemblée Général du 22 mai 2019, dont faisait partie Eric Ndayikengurutse en tant que membre, ce dernier a été choisi pour représenter l’église devant la loi.

Maître Habarugira fait savoir que 5 jours après cette deuxième AG, le ministère ayant les confessions religieuses dans ses attributions, a délivré une prise d’acte à M. Ndayikengurutse qui lui confère des droits, sans tenir compte de l’Assemblée tenue en date du 20 mai 2019.

D’après l’avocat, la 2ème réunion est jugée illégale du fait que le quorum n’était pas atteint de toute évidence. De plus, au lieu de reconnaitre les retombées de la première assemblée du 20 mai, le ministre d’alors a reconnu l’assemblée tenue dans l’illégalité, celle du 22 mai. C’est ainsi, explique-t-il, que la partie représentée par Pasteur Olivier Derain a saisi la cour administrative pour statuer sur le cas. Il révèle que l’objectif est de demander la recevabilité de l’affaire.

C’est ce lundi 9 novembre 2020, dit l’avocat, que l’avocat de l’Etat et les avocats représentants le Pasteur Olivier Derain et Floribert Nkezabahizi étaient devant les juges de la cour administrative. Mr Eric Ndayikengurutse étant convoqué devant la cour, comme intervenant forcé, ce dernier s’étant fait représenté par le Secrétaire du Comité Exécutif, Maitre Modeste Niyonsaba. Dans ce procès à la cour Administrative, la partie lésée demande d’annuler la prise d’acte délivrée à Ndayikengurutse et de tenir compte de l’assemblée générale organisée par le fondateur de l’église El Shaddaï, où Nkezabahizi a été placé à la tête de cette dernière.

Un grand nombre des membres de cette église ont quitté

Aimé Clovis Ntawuyamara, un des fidèles de l’église El Shaddaï trouve que l’origine des conflits serait des intérêts personnels. Ce sont des mésententes qui ont été créées en vue de prendre la gestion des biens et de la richesse de l’église.

Eric Mashanya  est lui aussi membre de cette église. Il indique qu’il vient de passer plus d’une vingtaine d’années au sein de cette dernière. Il informe qu’avant le conflit, les membres de cette église étaient estimés à plus de 2000 fidèles. Selon lui, actuellement plus de 80 % des membres de cette église ont quitté carrément. Cela, après que des éléments de la police ont été placés  dans les enceintes de cette église depuis le 09 juin 2019, pour délibérément empêcher le Visionnaire Pasteur Olivier Derain de pouvoir entrer dans l’église qu’il a fondée. Il se dit satisfait néanmoins que malgré les conflits, des affrontements ne se sont pas produits comme dans d’autres églises où on observe des coups et blessures.

Voulant entendre la réaction de la partie accusée, Me Modeste Niyonsaba, secrétaire du Comité exécutif, élu dans la 2ème Assemblée Générale contestée, s’est refusé à tout commentaire.

Notons que l’arrêt de la cour administrative sera prononcé endéans deux mois

Affaire à suivre !

Recommended For You

About the Author: Dieudonné Bukuru

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une