Des techniques de médiation pour réduire les violences basées sur le genre

Sous le thème, « Femme en tant que leader communautaire soit une bonne médiatrice dans la lutte contre les violences faites aux femmes », la Solidarité des Femmes Burundaises pour le Bien-être Social et le Progrès(SFBSP)  a organisé un atelier de formation à l’endroit des femmes leaders « Imboneza » et des chefs locaux sur les techniques de médiation et de résolution pacifique des conflits.  C’était du 25 au 27 février à Buganda dans la province de Cibitoke

Divine Kaneza, psychologue chargée des actions de lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre au sein de la (SFBSP) indique que  cet atelier a pour  objectif de former et de renforcer les capacités des paires éducatrices et des leaders communautaires. Cela  afin de lutter contre les violences basées sur le genre (VSBG) qui s’observent entre les communautés de cette province.

Durant cet atelier, différentes thématiques ont été  développées. Il s’agit de ceux se rapportant sur les  types de conflits, les causes des conflits, les niveaux de conflits, les signes d’un conflit, les attitudes à adopter face aux conflits et  la communication non violente. De plus, les participants ont été formés sur les stratégies à adopter en vue de faire face aux conflits notamment la négociation, la médiation et l’arbitrage.

Les participants témoignent

Marie Bishoborimana est une femme « Imboneza ». Elle trouve que la formation qu’elle vient de recevoir va lui aider à résoudre pacifiquement les conflits liés aux VSBG. Elle ajoute que de tels ateliers lui ont permis de développer certaines facultés dont elle n’avait pas auparavant. « Auparavant,  je ne pouvais tenir la parole en public, mais actuellement  je n’ai aucun problème à m’exprimer devant  le public”, témoigne-t-elle

.

Même son de cloche chez Gabriel Ntahobari, chef de colline Manege commune Murwi. Il indique  qu’il participe  pour la première fois à un atelier sur les techniques de médiation et de résolution pacifique des conflits. Et de préciser qu’il va partager les acquis avec les autres chefs de colline en particulier  et la communauté en général. Cet administratif demande à la SFBSP de multiplier de tels ateliers car, dit-t-il« ces ateliers sont d’une importance capitale  dans la vie sociale ».

Recommended For You

About the Author: Bruce Habarugira

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une