DGA-CICR : Les prisonniers de Muramvya consomment pour la première fois du poisson

Dans le but d’améliorer l’état nutritionnel des prisonniers au Burundi, la DGAP financé  par le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a initié deux projets. Il s’agit d’un  projet de jardins pénitentiaires lancé  depuis 2016 et le projet d’étang piscicole lancé depuis 2019. Ainsi, La ministre de la justice remercie le CICR pour le soutien qu’il ne cesse d’apporter au ministère dont elle est patronne  

Sous le financement du CICR, la Direction Générale des Affaires Pénitentiaires a entrepris une gamme de projets. Cela dans le but d’améliorer l’état nutritionnel des prisonniers. Ainsi, depuis 2016, un projet de jardins pénitentiaires a été lancé dans 10 prisons du Burundi. Ce dernier consiste en la culture de différentes sortes de tubercules dans les terrains des prisons. Ces tubercules sont notamment les amarantes, les choux, les oignons, les  poivrons, les poireaux, les aubergines africaines et les carottes.

Un projet pilote de pisciculture pour augmenter l’apport calorique chez les prisonniers a été lancé en 2019. Ce dernier consiste en la construction et en la gestion d’étangs piscicoles destinés à l’élevage de poissons. Ces derniers sont munis de poulailler dont les fientes constituent des aliments de poissons.

Ainsi, le 13 février 2020, s’est effectuée la première pêche de poissons destinés  à l’alimentation des prisonniers. C’était pour la 1ère fois que les prisonniers de Muramvya voient du poisson dans leurs assiettes.

Aimée Laurentine Kanyana, ministre de la Justice, de la Protection Civique  et Garde des Sceaux 

Aimée Laurentine Kanyana, ministre de la Justice, de la Protection Civique  et Garde des Sceaux  reconnaît l’appui  du CICR. « Ce sont de bons projets. Ces derniers vont permettre aux prisonniers d’avoir les compléments alimentaires nécessaires ». Et, la ministre de lancer : « Nous ne manquerions pas de remercier le CICR pour l’appui qu’il ne cesse d’apporter au ministère de la Justice pour la mise en œuvre de différentes activités. Il a été toujours à nos  côtés  même quand  les autres bailleurs étaient partis ».

Philippe Beauverd, Chef de délégation du CICR au Burundi

Philippe Beauverd, chef de délégation du CICR au Burundi,  quant à lui indique : « Au Burundi, le CICR œuvre en soutien aux autorités pénitentiaires pour améliorer les conditions de vie des détenus ».Ce soutien consiste en la distribution des médicaments, des produits d’hygiènes, mais aussi de la nourriture, dit-il.

Signalons qu’au Burundi depuis 2019, le CICR  a contribué à l’amélioration de l’état nutritionnel de 1155 prisonniers.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une