array(6) { ["NewConfirmed"]=> int(506537) ["TotalConfirmed"]=> int(42195366) ["NewDeaths"]=> int(6954) ["TotalDeaths"]=> int(1144069) ["NewRecovered"]=> int(205952) ["TotalRecovered"]=> int(28545679) } Filière café : ODECA remplace ARFIC – Ejoheza News

Filière café : ODECA remplace ARFIC

Dans le but de redynamiser et pérenniser la filière café, le Burundi adopte une nouvelle stratégie de redressement et a créé un nouvel organe de l’Etat « ODECA » (Office pour le Développement du Café du Burundi) pour la gestion de cette filière en remplacement de l’ancien organe ARFIC. C’est ce qu’a indiqué Déo-Guide Rurema, Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et l’Elevage dans une conférence de presse  de ce mercredi 29 janvier 2020. Un prix un peu supérieur sera accordé aux caféiculteurs

« Ce nouvel organe va s’occuper des fonctions qui étaient confiées aux sociétés CNAC Murima w’isangi, Intercafé, les Sogestal et SODECO. Aussi, ces sociétés sont priées de remettre à l’ODECA tous les matériels qu’ils utilisaient », informe Dr Rurema.Il s’agit du matériel mobilier, immobilier et roulant, les stocks des intrants et autres outils liés à l’encadrement, l’outil industriel de production et ses pièces de rechange. Cela selon lui, pour faciliter l’exécution des activités de la filière café.

Dans le cadre d’encourager les caféiculteurs, le Ministre de l’agriculture annonce que l’Etat va fixer un nouveau prix un peu supérieur lors de la campagne 2019-2020 car selon lui, le  prix était fixé après avoir prélevé les frais de fonctionnement des organes qui  travaillaient dans le secteur café. Le prix habituel était de 500FBu pour le  café cerise A et  250Fbu pour le café cerise B.

« Les sociétés SECASB et E.CO.G.I.A sont suspendues dans leurs fonctions dans le secteur café depuis la campagne café 2020-2021 car elles n’ont pas respectées les délais prévus », informe le ministre. Il rappelle que neuf sociétés ont été suspendues dans la campagne café 2019-2020  pour n’avoir pas honoré leurs engagements envers les caféiculteurs ou la réglementation en vigueur. Il s’agit des sociétés : CPC/KPC, RISCA, RUDECO, ETS NIYONZIMA Jean Marie et les coopératives : GARUKIRIKAWA, KEREBUKA MURIMYI W’IKAWA, TUGARUKIRE IGITERWA C’IKAWA, NIZIWACU et DUTEZE IMBERE IGITERWA C’IKAWA.

À ceux qui n’ont pas rapatrié la totalité des devises issues des opérateurs du café et ceux qui n’ont pas encore payé les taxes communales pour les campagnes café précédentes, sont demandés  de le faire sans délai avant le commencement de la campagne café 2020-2021. Il souligne que les dépulpeurs, déparcheurs et les torréfacteurs doivent s’acquitter de leur devoir à l’Etat, à la Regideso et aux employés tant permanents que temporaires conformément à la loi.

 Cependant,  le ministre tranquillise les investisseurs privés ayant les capacités techniques et financières requises que l’ODECA garde toujours sa porte ouverte à toutes les sociétés qui veulent travailler dans le secteur café. Pourtant, il leur fait remarquer qu’il n’y aura plus de la garantie de l’Etat pour avoir des crédits et qu’une caution délivrée par les banques sera de rigueur.

Dr Rurema précise que la filière café offre plus de 60% des devises issues des exportations. Il trouve que le café est l’une des cultures pratiquées essentiellement par les petits producteurs et leurs revenues dépendent en grande partie de cette culture. En plus, indique-t-il, la production sera bonne dans la prochaine campagne 2020-202.  Les prévisions montrent une production de 136 792 tonnes de café cerise. Dans la campagne précédente, la production  a été de 47 845,6 tonnes de café cerise sur une prévision  de 75 928,6 tonnes.

Signalons que 7 511,5 tonnes de café vert de la production précédente, sont déjà déparchés et 6 254,2 tonnes vendus pour une valeur de 15 221 142,69 dollars américain dont 5 002 558,19 dollars  sont déjà encaissés.

Recommended For You

About the Author: Richard Nsengiyumva

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une