Fondation Tony Elumelu : Les jeunes appelés à en profiter

L’Agence de promotion des investissements au Burundi (API) en partenariat avec le Centre for Development and Enterprises Great Lakes (CDE) a organisé mardi le 2 mars 2021 une Séance de sensibilisation sur les opportunités du programme d’entrepreneuriat de la fondation Tony Elumelu, à l’endroit des  représentants des universités et des médias. C’est dans ce cadre que des projets de développement ont été initiés par les jeunes bénéficiaires de ce programme

« L’API et le CDE visent un objectif commun qui est celui du renforcement des capacités en matière d’investissements », informe Désiré Musharitse, directeur de l’Agence de promotion des investissements au Burundi (API). Ilajoute que le programme de la fondation Elumelu s’inscrit dans cette logique.

Désiré Musharitse, directeur de l’Agence de promotion des investissements au Burundi (API)

D’après lui, l’objectif de cette fondation est d’autonomiser les femmes et les hommes à travers tout le continent africain, de stimuler la croissance économique, d’éradiquer la pauvreté et d’assurer la création d’emplois, etc. Ainsi, fait-il savoir, 54 jeunes burundais ont bénéficié d’une formation  en business  de la part de la Fondation. De plus, leurs projets ont été financés à hauteur de 5000 dollars chacun.

Deux bénéficiaires expliquent …

D’après les bénéficiaires, 5 burundais seulement ont bénéficié de ce programme en 2018. Cependant en 2019, il y a eu une nette amélioration, car parmi 200 burundais qui ont postulé, 54 ont été sélectionnés puis formés en business. Et, leurs entreprises et idées de projets ont été financés a  hauteur de 5000 dollars chacun. Comparativement à d’autres pays de la sous-région et surtout les pays anglophones notamment le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie et le Rwanda, déplorent-ils,  le Burundi se classe dernière par rapport aux jeunes qui bénéficient de ce programme, d’où, concluent-ils, une sensibilisation à l’échelle nationale s’impose.

Vianney Saidi Baseka, un des bénéficiaires

Vianney Saidi Baseka est l’un des bénéficiaires. Il est actuellement Directeur Général d’UJEAD Akeza Company (Union des Jeunes Engagés pour l’Auto-Développement), une entreprise spécialisée dans la fabrication des savons bio à partir du riz, des carottes et des fruits.  Il indique que son savon UMWAKAKA est efficace pour le traitement des maladies de la peau (Ibifaranga, Ibiturika, Ibihushi, Mbandakara, Ibimeme, Imba, etc).

Pourquoi le programme ?

Le programme est ouvert aux entrepreneurs de toute l’Afrique, avec de nouvelles idées de startup ou des entreprises existantes de moins de 3 ans d’existence, opérant dans n’importe quel secteur. Les bénéficiaires proviennent des 54 pays africains, et reçoivent une formation commerciale, du mentorat, un capital d’amorçage non remboursable de 5 000 $ et des opportunités de réseautage mondial. Le programme est un engagement de 100 millions de dollars sur 10 ans pour identifier, former, encadrer et financer 10 000 jeunes entrepreneurs africains. L’objectif est de créer des millions d’emplois et les revenus nécessaires au développement durable du continent, en mettant en œuvre la philosophie de l’africapitalisme, qui positionne le secteur privé comme moteur de croissance pour l’Afrique et souligne l’importance de créer la richesse sociale et économique.

Recommended For You

About the Author: Dieudonné Bukuru

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une