Journée internationale des personnes handicapées: Malgré le pas déjà franchi en matière de leur promotion, des défis persistent

Le 3 décembre de chaque année, le Burundi se joint à d’autres pays du monde pour célébrer la journée internationale dédiée aux personnes handicapées. Malgré le pas déjà franchi en matière de  la  promotion  des personnes handicapées, des défis encore  restent  à surmonter. C’est ce qu’indique Mme Imelde Sabushimike, ministre de la solidarité nationale, des affaires sociales, des droits de la personne humaine et du genre dans une déclaration sortie le 2 décembre 2020 à Bujumbura

Mme Imelde Sabushimike se réjouit que cette journée arrive au moment où le centre national chargé de suivi de la mise en œuvre de la politique nationale des droits des personnes handicapées au Burundi est déjà opérationnel. Elle indique que tant d’actions ont été réalisées notamment la rééducation et réadaptation physique, l’octroi de matériel de mobilité, la formation en métiers divers, l’appui en activités génératrices de revenu au bien être des personnes handicapées. Il s’agit également de rappeler l’existence des écoles pilotes dans le cadre de l’éducation inclusive. Malgré tout cela, la ministre précise que le chemin est encore long par rapport aux besoins qu’exigent leur prise en charge complète. Mme Sabushimike demande l’implication de tous les acteurs aussi bien nationaux qu’internationaux pour l’élaboration d’une feuille de route commune en vue de la mise en œuvre de la politique nationale déjà évoquée et de son plan d’action.

L’Organisation Mondiale de la Santé, OMS dans son communiqué qu’elle a sorti se joint à ses partenaires pour célébrer « une journée pour tous ». Ce communiqué précise que le handicap fait partie de la condition humaine. «Presque tous parmi nous souffriront d’un handicap temporaire ou permanent à un moment donné de notre vie. Malgré cela, peu de pays ont des dispositifs adéquats pour répondre pleinement aux besoins des personnes handicapées», indique ce communiqué. 

L’OMS estime que plus d’un milliard de personnes-environ 15% de la population mondiale-souffrent d’une forme ou d’une autre de handicap. D’après le communiqué de l’OMS, ce chiffre devrait augmenter compte tenu du vieillissement de la population et de l’augmentation de la prévalence des maladies non transmissibles. Bien qu’il y ait un lien entre handicap et condition défavorisée, toutes les personnes handicapées ne sont pas également défavorisées. Tout dépend du contexte dans lequel elles vivent et de l’égalité d’accès à la santé, à l’éducation et à l’emploi, entre autres. 

En 2017, l’OMS a progressé sur un certain nombre d’initiatives visant à appliquer les recommandations d’un rapport qui a fait date, le Rapport mondial sur le handicap, et du Plan d’action mondial de l’OMS relatif au handicap 2014-2021. Lors d’un rassemblement mondial d’experts en réadaptation baptisé « Réadaptation 2030 » en février dernier, l’OMS a obtenu des participants qu’ils s’engagent à aider les gouvernements à élaborer des modèles complets de prestation de services, à former un personnel multidisciplinaire solide, à étendre les mécanismes de financement et à améliorer les systèmes d’information sanitaire, le tout dans le but de répondre à la demande croissante de services de réadaptation. 

Notons qu’au Burundi, la célébration solennelle de cette journée internationale aura lieu le 4 décembre 2020 à Bujumbura en zone Ngagara et sera marquée par l’inauguration des infrastructures sportives de «sitting volleyball» pour les personnes handicapées. 

Recommended For You

About the Author: Dieudonné Bukuru

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une