Kaze Com-YICO : Pour l’autonomisation de la femme burundaise

Dans le but d’autonomiser économiquement la femme burundaise, l’Agence de communication Kaze Com en partenariat avec  Youth Impact Connect (YICO) a organisé une formation de 3 jours  sur l’entrepreneuriat à l’endroit des jeunes filles burundaises sous le thème «  Business Ideation for Youth ». Cela dans le but de leur inculquer la culture entrepreneuriale.Cette formation a été organisée  dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale des droits des femmes 

« Cette formation est organisée dans le but de conscientiser les jeunes filles à oser entreprendre pour générer des revenus, développer et évaluer de nouvelles idées et lancer de nouvelles entreprises innovantes et viables », précise Mme Alida Habonimana, directrice de Kaze Com. Elle ajoute que cette formation permettra aux jeunes filles et femmes d’acquérir des connaissances et des capacités qui leur permettront de savoir comment monter, gérer et évaluer un projet afin de le conduire à  la réussite. Mme Habonimana fait savoir que la formation ne se limite pas seulement aux jeunes femmes et filles instruites, elle sera organisée également  à l’endroit des filles et des femmes non instruites afin de leur inculquer une  culture entrepreneuriale. Parmi celles-ci figurent ceux qui pratiquent le commerce ambulant, les femmes retraitées, du moins toutes les femmes. Cela dans le but de leur permettre de préparer leur avenir.

Cependant, Mme Habonimana, déplore le fait qu’il s’observe un nombre limité de femmes entrepreneures  par rapport aux hommes. Elle trouve que cela est le résultat d’un  certain nombre de défis dont des moyens financiers limités, la culture burundaise qui contraint la fille ou la femme burundaise à rester enfermer chez elle. De plus, enchaîne Mme Habonimana, la fille burundaise a été longtemps laissée derrière en ce qui, de l’accès à  l’information liée à l’entrepreneuriat à laquelle on ajoute  un arsenal de tâches  familiales qui lui est assigné.

Business Ideation for Youth, une approche efficace

Egide Nshimirimana, représentant légal de Youth Connect Impact indique que Kaze Com et Yico ont jugé bon de développer l’approche “Business Ideation for Youth”. Celle-ci consiste en l’enseignement de différentes étapes par lesquelles un entrepreneur doit passer en vue de mettre en œuvre son projet pour qu’il le réalise sans entraves, évaluer si les clients sont disponibles et si le produit connaîtra des succès sur le marché. A la question de savoir si ces jeunes entrepreneures bénéficient des capitaux de base ou des kits de démarrage de leurs projets, M.Nshirimana répond qu’un beau projet constitue en lui-même un  capital de base.

Les différentes étapes pour monter un projet

Il existe 6 étapes pour bien monter un projet. Chaque entrepreneur doit connaitre ces étapes pour que son entreprise ne tombe pas en faillite. Pour monter un projet, il faut :

Le vouloir                                                                                       

C’est une étape essentielle. Demandez-vous si c’est réellement ce que vous souhaitez faire, si c’est quelque chose qui vous plaît catégoriquement. Monter un projet et devenir entrepreneur, ce n’est pas de tout repos. Si le domaine ou le sujet choisi ne vous passionne pas, ça risque d’être compliqué. Il faut savoir que monter un projet dans un domaine passionnant est déjà difficile mais en vaut largement la peine car il vous permet de vous épanouir. Par contre, avec un domaine qui ne vous intéresse pas, ce sera nettement plus difficile et vous serez certainement moins motivé.

Transformer l’idée en projet                         

C’est une étape où beaucoup de gens restent bloqués. Avoir l’idée,  c’est bien; avoir un projet, c’est mieux. C’est du concret. Pour vous faciliter la tâche, utilisez la méthode SMART, ça vous permettra d’avoir des objectifs et donc d’avancer dans votre projet : Spécifique : votre objectif doit être précis. Dire « mon objectif est de monter ma boîte » n’est pas un objectif, il doit être concis pour savoir où l’on va. Par exemple « mon objectif est de créer mon entreprise de vente de vêtements vintage », là vous savez où vous vous dirigez, ce que vous devez chercher comme informations.

Mesurable : vous devez savoir à quel moment votre objectif est atteint. Pour reprendre l’exemple de la vente de vêtements vintage, il faudrait vous dire « mon objectif sera atteint quand je réaliserai X euros de CA au minimum pendant 3 mois d’affilée », là c’est mesurable. Vous saurez quand vous pourrez célébrer votre victoire.

Ambitieux : sans ambition pas de challenge et donc pas de motivation. Sans motivation, vous n’arriverez pas à combattre la procrastination.

Bannir la procrastination

Si vous voulez avancer, il faut faire des sacrifices. Monter un projet demande beaucoup de travail. Il faut savoir qu’il est plus efficient de travailler un peu régulièrement, plutôt que plusieurs heures d’affilés mais rarement. En travaillant régulièrement et par étapes, vous vous sentirez moins surchargé de travail et vous avancerez beaucoup plus rapidement dans la réalisation de votre projet. La meilleure solution est de se fixer une contrainte horaire quotidienne afin de travailler. Il s’agit d’en faire une habitude. Par exemple, travailler sur son projet 1h tous les jours après le travail. Si vous arrivez à intégrer en vous cette habitude, vous pouvez être sûr de voir votre projet avancer.

Établir des bilans réguliers

Pour toujours savoir où vous en êtes et si vous avez été productif. Demandez-vous « est-ce que j’ai obtenu de bons résultats ce mois-ci ? Est-ce que je remarque réellement une avancée dans mon projet par rapport à il y a un mois ? »  Mais il ne suffit pas de le savoir, il faut agir.

Se motiver

Promettez-vous une récompense après chaque travail effectué, ça peut être n’importe quoi, tant que ça vous fait plaisir, punissez-vous : si vous ne travaillez pas, ne vous offrez pas cette récompense, Trouvez-vous un ami pour vous motiver, il vous demandera si vous avez avancé dans votre projet, ce qui peut vous faire culpabiliser et donc vous forcer à travailler, comme dit plus haut, travaillez par étapes et fixez-vous des contraintes horaires.

Demander de conseil, demander de l’aide

Vous ne pouvez tout faire tout seul. Il y a des choses que vous ne savez pas. Sachez que tout s’apprend. Regardez autour de vous, il y a certainement quelqu’un qui pourra vous aider à réaliser cette tâche qui vous empêche d’avancer. Votre réseau est une force. Si vous ne connaissez personne qui peut vous aider, dans ce cas vous pouvez toujours chercher sur internet ou contacter une entreprise qui saura répondre à vos besoins.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une