Education

La coalition Bafashebige pour une éducation inclusive

La coalition Bafashebige a organisé à Bujumbura jeudi le 2 septembre 2021 un atelier à l’endroit des membres de la coordination des points focaux régions de la coalition, des membres de la société civile et des journalistes. C’était pour échanger sur les leçons apprises et pérennisation des acquis du projet Ndinkabandi

D’après Me Jean Samandari président et représentant légal de la coalition EPT Bafashebige, cet atelier nous permet d’identifier les défis liés à une éducation inclusive et équitable, identifier les stratégies, faire des recommandations et partager des leçons à apprendre. Il indique que cet atelier va aider à la coalition EPT Bafashebige à préparer des activités de l’année prochaine basées sur des recommandations.

Les participants

Pour Denise Kandondo, coordinatrice nationale de la coalition, le projet Ndinkabandi (Education outloud) avait pour but de contribuer à la réduction du nombre d’enfants qui n’ont pas accès à l’éducation surtout pour les marginalisés et ou vulnérables entre autres les enfants handicapés, les albinos, les camps de déplacés de l’intérieur, les rapatriés, les groupes de l’ethnie Batwa, les pauvres, les enfants vivant avec handicap, les orphelins du VIH-Sida.

Mme Kandondo fait savoir qu’il s’agissait également du renforcement de capacités de la société civile, des communautés locales et autres partenaires impliqués à la planification de l’éducation au dialogue sur les politiques et au suivi pour que le système éducatif soit pour tous, inclusif et équitable.

D’après Mme Kandondo, pour atteindre l’objectif fixé, la coalition Bafashebige a pris des initiatives objectives dont le renforcement des capacités organisationnelles et institutionnelles, l’amélioration de la responsabilité sociale de groupe multipartite et l’accroissement de la participation des organisations de la société civile.  Elle informe que les groupes marginalisés et ou vulnérables ont été constitués, un cadre de concertation entre les acteurs locaux est amorcé et consolidé. Elle informe également qu’une campagne médiatique a été organisée.  Mme Kandondo révèle que les organisations féminines et la communauté locale des zones touchées par l’abandon scolaire lié au genre ont été renforcées sur l’approche CVA (Citizen Voice and Action).

Grâce aux comités de coordination des points focaux mis en place par Bafashebige, des améliorations ont été enregistrées au niveau de la prise en compte des questions de l’éducation pour tous, explique Mme Kandondo.  

Les participants recommandent quelques initiatives à mener

Les participants suggèrent les actions qui devraient être menées par la Coalition Bafashebige et d’autres organisations engagées dans le domaine de l’éducation pour tous. Ils recommandent la mise en place des comités de coordination communaux.

« Les journalistes des médias burundais ne s’intéressent pas beaucoup à la thématique de l’Education pour Tous car ils n’ont pas d’informations suffisantes sur le concept de l’éducation pour tous », expliquent les participants. Ils demandent de cconcevoir et mettre en œuvre une stratégie de communication sur l’éducation pour tous.

Ils demandent d’accroître le volume des productions médiatiques. Ils demandent également d’organiser des séances de formation-sensibilisation des professionnels et des responsables des médias sur le concept de l’éducation pour tous, et créer des points focaux de la Coalition Bafashebige  dans les différents médias. Qu’il s’agisse de négocier auprès des responsables des médias, des espaces médiatiques consacrés à la promotion de l’éducation pour tous.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button