La filière café : Le prix d’un kilogramme de café cerise haussé de 10%

Dans le but de redynamiser et pérenniser la filière café, le Gouvernement du Burundi a haussé de 10% le prix du café cerise depuis cette année culturale 2020-2021. Un kilogramme de café cerise A s’achètera à 550 FBu tandis que le café cerise B est fixé à 275 FBu le kilo. Le premier paiement des caféiculteurs est fixé au mois de Mai et le second en Août. C’est ce qu’a indiqué Deo Guide Rurema, ministre de l’Environnement et de l’Agriculture  lors du lancement officiel de la campagne de la cueillette du café 2020-2021

 « Au moment où le prix du café cerise était à 500 FBu le kilogramme depuis 2016,  cette année culturale 2020-2021, le prix d’un kilogramme du café cerise A a été augmenté de 10%. Un kilogramme du café cerise A s’achètera à 550 FBu tandis que celui du café cerise B sera à 275FBu », a fait savoir Ministre Rurema. Et d’ajouter que le premier paiement des caféiculteurs est fixé au mois de Mai et le second en Août.

Dr Rurema a expliqué que l’Etat a pris en main le secteur du café parce qu’il y avait des sociétés qui ne payaient pas les taxes communales, ne rapatriaient pas la totalité des devises issues des opérateurs du café et faisaient le vol envers les caféiculteurs. Pour réglementer ce secteur, dit-il, l’Etat a créé un Office pour le Développement du Café « ODECA », en remplacement de l’ARFIC qui était un organe de régulation de la filière café.

Rurema a rappelé que pour lutter contre la faim, la population peut associer du café aux autres cultures notamment les haricots, bananiers et autres. Ce qui, selon lui peut contribuer à l’enrichissement et de la couverture du sol.

Certains caféiculteurs restent insatisfaits par rapport au prix du café

Même si le gouvernement a pris la décision de hausser le prix du café jusqu’à 550 FBu, certains caféiculteurs  se lamentent. Ils disent que le prix du café reste bas en comparaison avec les autres cultures.

Jacques Misago, caféiculteur de la zone Buhayira, commune Murwi a indiqué que la culture du café demande beaucoup d’efforts raison pour laquelle elle devrait être mise en valeur. Et de faire remarquer: « Un kilogramme des arachides coûte 3500FBu voire 4000 FBU alors que celui du café est de 550 FB. Tenant compte des dépenses de l’entretien et de la cueillette, il ne me reste que 120 FBu par kilogramme. Nos enfants manquent des frais de scolarité alors que nous sommes des caféiculteurs ». Il trouve que le café est le moins valorisé par rapport aux autres cultures.

Aloys Ruruvuye, superviseur technique de la dépulchage du café à l’usine de Buhayira appelle les caféiculteurs à entretenir leurs cultures car selon lui,  le champ non entretenu peut perdre sa saveur. Il les conseille à bien entretenir le café pour gagner plus d’argent. Aussi, il leur demande d’éviter l’exportation du café dans les pays voisins car cela constitue la fraude  et de ne plus faire le dépulchage à la maison.

Rappelons que la campagne de la cueillette du café 2020-2021 a été lancé officiellement ce jeudi 20 février 2020 sur la colline Muzenga, Commune Murwi de la province Cibitoke.

Recommended For You

About the Author: Richard Nsengiyumva

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une