La lèpre, une maladie négligée

Le 29 janvier de chaque année,  le monde célèbre la Journée Mondiale des Lépreux. Au Burundi, cette journée arrive au moment où cette pathologie sévit encore dans certaines provinces. Ainsi, en 2020, 405 personnes ont été dépistées positives à la Lèpre. Raison pour laquelle, le 02 février 2020, le Programme Nationale Intégré Lèpre et Tuberculose (PNILT) a organisé  un atelier de sensibilisation des médias sur le dépistage précoce des cas de la lèpre afin de prévenir les infirmités et diverses complications.

D’après Dr Pancrace Ntibarufata, point Focal National Lèpre au Burundi, la lèpre est une maladie chronique infectieuse, causée par un bacille, le Mycobactérium leprae ou bacille de Hansen, du nom de celui qui l’a découvert en 1873. La lèpre touche principalement les nerfs périphériques et la peau. Elle est une maladie strictement humaine. La source d’infection est toujours un être humain multibacillaire non traité. C’est la plus complexe et la plus chronique des maladies bactériennes humaines. La période d’incubation n’est pas totalement connue avec certitude, mais la littérature signale qu’elle va de 2 ans à 20 ans, avec une moyenne se situant autour de 5 ans. La lèpre atteint tous les âges.

Les symptômes de la maladie

une personne atteinte par la lèpre

Pour lui, une personne atteinte de cette pathologie présente des lésions cutanées hypochromiques ou rougeâtres accompagnées d’un déficit sensoriel marqué. Aussi, atteinte des nerfs périphériques, se traduisant par un déficit sensoriel et moteur des mains, des pieds ou de la face ainsi qu’un frottis cutané positif. Une vingtaine d’années peuvent s’écouler avant l’apparition des premiers symptômes. La lèpre atteint la peau et le système nerveux des personnes infectées. La maladie se déclare souvent par l’apparition de taches insensibles sur la peau. Celles-ci n’occasionnent ni douleur ni picotements, et passent donc fréquemment inaperçues ou sont considérées comme bénignes. En l’absence de traitement, la maladie évolue vers des atteintes nerveuses.

Les membres des personnes touchées deviennent insensibles, notamment les mains et les pieds. Cette perte de sensibilité fait que les patients ne détectent pas les blessures ou les considèrent comme sans gravité, provoquant plaies ouvertes et infections. Plus tard dans l’évolution de la maladie, les atteintes nerveuses entraînent une cécité et des difformités visibles, notamment au niveau du nez et des doigts. La lèpre se transmet par des gouttelettes d’origine buccale ou nasale, lors de contacts étroits et fréquents avec une personne infectée.

Le traitement

Dr Ntibarufata indique que la stratégie de lutte contre la lèpre définie par le PNILTPour guérir les malades et interrompre la transmission consiste en la détection précoce couplée à la  Polychimiothérapie (PCT), à la détection des malades dans toutes les Formations Sanitaires, au diagnostic basé sur les signes cliniques. De plus, ajoute-t-il, des campagnes de dépistage actif dans les districts endémiques seront menées.  

Et pour prévenir les incapacités, certaines stratégies sont adoptées. Il s’agit de la détection précoce + PCT + autres interventions dont ladétection des réactions lépreuse, la  prise en charge de la réaction lépreuse, les soins auto administrés individuellement ou collectivement (mains, pieds, yeux)  et le suivi neurologique, la réalisation du frottis en cas suspicion d’une rechute et pour les cas douteux; l’application de la PCT supervisée par un prestataire de santé ou par une personne formée, et l’examen systématique des contacts. 

En ce qui est de la réadaptation physique et réinsertion socio-économique, unechirurgieréparatrice (reconstructive et propreté) réalisée dans un centre adapté ayant un bloc opératoire, la kinésithérapie, hospitalisation et atelier pour la confection des chaussures orthopédiques et chaussures adaptées , le suivi post chirurgie, la mise à la disposition des malades des chaussures orthopédiques et chaussures adaptées, l’encouragement des malades à se regrouper en associations; et les activité génératrices des revenus sont à réaliser.

Quid des rumeurs autour de la lèpre ?

Selon Dr Pancrace, des rumeurs autour de la lèpre persistent dans la mémoire de la population et constituent un frein  pour le dépistage précoce et la prévention des nouveaux cas de lèpre.  La lèpre est considérée comme une malédiction divine.  Et cela remonte de l’ère d’avant Jésus.

Les sources d’infection ou de transmission

Le fait de marcher sur la tombe d’un malade de la lèpre, le fait que les lépreux ferment la porte de leurs maisons pendant la nuit, le fait que les lépreux mettent du sel dans la nourriture qu’ils préparent, le port de certains « grigri » sont utilisés comme des modes de prévention lors des rapports sexuels et usages de certains produits lors des funérailles du défunt lépreux.

Mettre fin  à la discrimination

Dr Helmenegilde Nzimenya, directeur du PNILP fait remarquer que la lèpre est une réalité au Burundi. En 2020, 405 personnes ont été dépistées positives à la lèpre. Sur 405 cas de lèpre dépistes en 2020,  351 sont des cas de lèpre contagieuse, soit 86,7%. La proportion des femmes étant de 246/405, soit  60,7%, c’est au moment où la proportion des enfants est de 43/405, soit 10,6%. Et, ajoute Nzimenya, la proportion de malades avec degré d’invalidité se situe à 65/405= 16,04%

 Dr Nzimenya néanmoins déplore que les lépreux fassent face à une stigmatisation. Et, cette dernière entraine le rejet social des personnes affectées par la lèpre, même après leur guérison : « Des familles entières sont ainsi marginalisées, un problème aux conséquences parfois désastreuses ». Pour lui, au lieu d’être rejetées, ils méritent un soutien moral et matériel de tout un chacun. Raison pour laquelle, Dr Nzimenya invite toute la population à soutenir les lépreux dans leur entourage et de se mettre dans la peau de ces derniers. Il demande à toute personne de se faire dépister à temps afin de barrer la route aux complications sévères chez les sujets affectées par la maladie.

Notons que les provinces les plus touchées par la lèpre sont Rutana, Ruyigi, Makamba, Rumonge, Cibitoke et Bubanza.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une