La Mutuelle de la Fonction Publique fâchée contre les pharmacies

En vue d’éclairer l’opinion publique en générale et les affiliés de la Mutuelle de la Fonction Publique en particulier, la Direction Générale de l’institution de mutualité (MFP) a tenu une conférence de presse vendredi le 02 octoble 2020 à Bujumbura. Cette conférence intervient après l’annonce de la nouvelle liste des médicaments remboursables par cette institution. Cependant certaines pharmacies ont refusé de servir les affiliés de la Mutuelle de la Fonction Publique

« Chaque année, la mutuelle de la Fonction Publique publie la liste des médicaments remboursables. Cependant, après la sortie de la liste actualisée, certaines pharmacies ont refusé de servir nos clients sous prétexte que certains médicaments ne figurent pas sur la liste actualisée », Indique Mme Sendazirasa, Directrice Générale de la Mutuelle de la Fonction Publique. Cette ancienne Ministre de la fonction publique et vice-gouverneur de la BRB déplore le fait que certaines pharmacies trichent sur les médicaments où certains médicaments sont facturés  à des prix exorbitants expliquant que ce sont des spécialités alors que ce sont des génériques.

 Mme Sendazirasa explique que certaines pharmacies signent des conventions avec certaines sociétés Tanzanienne ou kenyane de fabrications d’emballages. Et, sur ces emballages, on y met des couleurs et des noms sexy et sur ces derniers, l’on indique que le médicament est fabriqué en Belgique ou en France. Elle indique que c’est cela qui a poussé la Mutuelle de la Fonction Publique à se lever contre ce vol. Pour y parvenir, elle invite la population à consommer le médicament qui leur sera prescrit par un médecin. Et de comprendre que le même médicament contient la même matière curative que les spécialités. « La politique du médicament générique constitue un enjeu majeur de l’évolution du système de santé. Dans un contexte de rationalisation des dépenses de santé pour promouvoir un accès égal aux meilleurs traitements et à l’innovation thérapeutique, le médicament générique apparaît comme une réponse », indique un pharmacien qui a requis son anonymat.

« Personne n’aura plus besoin de payer  30 mille FBu pour un médicament de 3000 FBu »

« Nous avons beaucoup de gens. Personne n’aura plus besoin de payer 30 mille FBu pour un médicament qui devrait s’acheter à 3000 FBu », révèle la Directrice Générale. Honorable Sendazirasa indique que la MFP va organiser des descentes sur terrain pour sensibiliser la population, les médecins et les pharmaciens sur la liste actualisée des médicaments remboursables : « Nous avons le devoir de faire le terrain avec toutes les parties prenantes pour que nous puissions expliquer la population que ces médicaments ont les mêmes propriétés plutôt que les pharmaciens sont entrain de voler l’argent de la population ».

Face à cette situation, Mme Sendazirasa indique que la MFP va saisir le ministère de tutelle et le gouvernement pour se pencher sur la question. Elle révèle que si les  pharmacies continuent à  tricher, elles seront poursuivies et traduites en justice parce qu’elles auraient failli à leur mission.

Comment distinguer un médicament générique d’un conceps ( spécialité)

Dr Marie Noëlle Uwineza, directrice  des prestations à  la Mutuelle de la Fonction Publique dresse une différence entre les médicaments génériques et les spécialités. Pour elle, « on entend par médicament générique, toute copie d’un médicament original dont la production et la commercialisation sont rendues possibles par la chute du brevet dans le domaine public, une fois écoulée la période légale de protection. Peuvent être considérés comme des génériques aussi bien des médicaments vendus sous le nom de marque ou appellation de fantaisie que des médicaments sous dénomination commune internationale ou des principes actifs qu’ils renferment, dénomination qui doit être assortie d’une marque ou du nom du fabricant ».

Quelle collaboration entre la MFP et les pharmacies ?

Pour évaluer et constater le niveau de collaboration entre la mutuelle de la fonction publique et certains hôpitaux et pharmacies,les membres de la commission des affaires sociales, de rapatriement, de l’égalité des genres et de la lutte contre le Sida à l’Assemblée Nationale ont effectué du 15 au 17 octobre 2018 une descente dans certaines pharmacies et institutions de santé dont le rapport a été présenté a l’assemblée nationale le 21 janvier 2019 dans l’hémicycle de Kigobe.

Les anomalies constatées

Comme on le lit dans l’article de l’hebdomadaire socio-économique Burundi Eco, la commission indique que les agents de la MFP ne rendent pas un bon service à ses affiliés. Tantôt ils ne sont pas à leurs services respectifs, tantôt ils manifestent un certain mépris à l’égard des affiliés. De plus, les pharmacies de la MFP ne disposent pas de médicaments suffisants. Les affiliés qui s’y rendent rentrent souvent bredouille du fait que les médicaments prescrits sur leurs bons ne sont pas disponibles. La mutuelle de la fonction publique ne leur accorde pas les spécialités.  Une fois servis, elle leur demande des suppléments sur base du coût des génériques. De plus, lorsqu’on t’autorise d’aller acheter le médicament dans les pharmacies privées, leurs agents sont déjà au courant du secret qui est entre ces deux structures. Une fois qu’ils voient un bon de la mutuelle, ils ne tournent pas autour du pot en disant : « Ce médicament n’est pas disponible.

Selon la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale, la mutuelle devrait payer 80% pour les génériques et 70% pour les spécialités. De surcroît, la mutuelle ne respecte pas ses engagements. En principe, elle devrait payer 80% pour les génériques et 70% pour les spécialités selon la loi. Néanmoins, le tarif qu’elle applique n’est pas facile à interpréter. A titre d’exemple, cette commission fait savoir qu’un affilié s’est rendu à la pharmacie Salama pour acheter un médicament revenant à 14 630 FBu en totalité. Ce qui a étonné les membres de la commission est que cet affilié a payé 1310 FBu et la mutuelle 13 310 FBu. Le second voulait acheter un médicament qui coûte 11 000 FBu à la pharmacie de la mutuelle. On lui a fait payer 10 000 FBu.  Cette commission se demande le pourcentage sur lequel la mutuelle se base pour fixer ces montants.  Elle fait remarquer que les textes n’ont pas été respectés.  De plus, pendant les week-ends et les jours fériés, les agents de la mutuelle ne sont pas au service.  Cette commission précise que cela perturbe les affiliés. Ceux qui ont les moyens sont obligés de se faire soigner à 100 % du fait que les agents de la mutuelle ne sont pas au service. La commission informe aussi que les affiliés de l’intérieur du pays se lamentent du fait qu’ils effectuent un long trajet à la recherche des pharmacies qui collaborent avec cette institution.

Pourquoi ces manquements ?

Selon cette commission, la MFP affirme qu’elle n’a pas de médicaments suffisants dans ses stocks. La raison majeure est qu’elle n’a pas l’autorisation d’arriver sur le marché pour s’approvisionner. Elle fait recours aux marchés publics qui exigent le lancement des appels d’offre afin de choisir les mieux offrants. Les sociétés qui ont le monopole du marché sont ALCHEM et MULTIPHAR. Nonobstant, là où le bât blesse est que ces sociétés vendent des médicaments en gros et en détail en même temps.  Par conséquent, ce qui s’observe souvent est qu’elles commencent à servir leurs pharmacies de détail et la mutuelle est servie en dernière position. Ce qui est à l’origine de la pénurie des spécialités.  A titre illustratif, la livraison des médicaments dont la commande a été effectuée en 2017 n’était pas encore clôturée en octobre 2018.

En plus du retard constaté dans l’approvisionnement de la mutuelle par les sociétés qui gagnent les marchés, Martin Nivyabandi, ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre a ajouté que ces sociétés cherchent un intérêt exorbitant comme toutes les autres sociétés commerciales. Ce qui fait que les médicaments sont chers. A titre d’exemple, un produit peut être vendu à 1000 FBu dans le pays d’origine et, après son arrivée au Burundi, il fait remarquer que ce même produit peut s’acheter à 26000 FBu. Et Nivyabandi de s’inquiéter que ce montant est exorbitant, car ce n’est pas compréhensible que ce produit soit vendu à un tel montant même si on y ajoute les frais de transport, de douane…  Il ajoute que certains produits peuvent être étiquetés comme des génériques dans leurs pays d’origine et comme des spécialités au Burundi dans le même objectif d’engranger beaucoup d’intérêts.

Les stratégies pour inverser la tendance

Pour éviter toutes ces embûches, Nivyabandi fait savoir que la mutuelle compte nouer des relations avec la CAMEBU (Centrale d’Achat des Médicaments du Burundi) dans l’importation des médicaments. Dans une descente qui a été effectuée par la CAMEBU dans les pharmacies de la mutuelle, le constat est qu’une fois que cette institution nouerait des relations commerciales avec la mutuelle de la fonction publique, le profit pourra être de 50%. De plus, le problème de la pénurie des médicaments pourra être résolu. Selon toujours lui, on a mis en place le système d’octroyer des primes aux meilleurs agents via le contrat de performance pour encourager ceux qui rendent un bon service aux affiliés de la mutuelle.

La mutuelle de la fonction publique dispose actuellement trois agences: Ngozi, Mwaro et Gitega. Elle a 34 pharmacies au niveau national et compte mettre en place au moins une pharmacie à chaque district sanitaire. Elle collabore avec 55 pharmacies privées, 49 hôpitaux publics, 7 hôpitaux de Caritas, 404 centres de santé, 4 centres optiques, 98 centres de santé relevant des confessions religieuses et 23 centres de santé de Caritas

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une