array(6) { ["NewConfirmed"]=> int(516956) ["TotalConfirmed"]=> int(44474616) ["NewDeaths"]=> int(7119) ["TotalDeaths"]=> int(1173928) ["NewRecovered"]=> int(262603) ["TotalRecovered"]=> int(30045812) } La situation socio-sanitaire des personnes âgées: Un rapport accablant – Ejoheza News

La situation socio-sanitaire des personnes âgées: Un rapport accablant

Les personnes âgées au Burundi vivent dans une extrême précarité. Plus de 80 % n’ont pas accès aux services de santé. Seulement, 1,8 % se considèrent en excellente santé  alors que 57,7 % estiment que leur état de santé est passable.  Elles sont confrontées à pas mal de pathologies dont l’asthme, les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’hypertension artérielle auxquelles on ajoute les maladies liées à la vieillesse telles que des troubles d’audition, de vision, de mobilité et d’équilibre, etc. De plus, 80% des personnes âgées affirment qu’elles n’arrivent pas à couvrir les besoins élémentaires, c’est-à-dire l’alimentation, le logement, l’habillement et les soins de santé

Mercredi, le 26 août 2020, le ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida, à travers son Programme National Intégré de Lutte contre les Maladies Chroniques non Transmissibles (PNLIMCNT), a organisé un atelier de sensibilisation sur les Maladies chroniques Non Transmissibles (MCNT). A cette occasion, Dr Gilbert Batungwanayo, consultant indépendant a présenté les résultats d’une étude sur « La situation sanitaire et du bien-être des personnes âgées au Burundi ». Cette étude qui est la première au Burundi  a été effectuée en novembre – décembre 2019 afin d’avoir une base factuelle de formulation d’une stratégie nationale d’amélioration du vieillissement en bonne santé.

Dr Batungwanayo, consultant indépendant

Des résultats alarmants

D’après Dr Batungwanayo, les résultats de l’étude montrent que la plupart des personnes âgées vivent une situation dramatique. Il explique que ces personnes sont la proie facile à beaucoup de pathologies dont les plus fréquentes sont, selon l’ordre croissant de prévalence, l’arthrite 17%, l’Hypertension artérielle 11,5%,l’ulcère gastrique 10%, le  diabète 7% , l’asthme 5%, les crises cardiaques 4,7% et les  troubles thyroïdiens 4%. De plus, ajoute Dr Batungwanayo, les personnes âgées  présentent des troubles de vision et d’audition respectivement de l’ordre de 73% et  40%. Cependant, déplore-t-il, 19 %  seulement ont des lunettes correctives et 2,8% possèdent des appareils d’audition.

En ce qui est de l’équilibre et de la mobilité, 64% des personnes âgées  affirment avoir des problèmes d’équilibre alors que 36% n’en ont pas. Ces problèmes augmentent avec l’âge et affectent plus  les hommes que les femmes respectivement de l’ordre de 68,5% et  58,1%. De surcroît, 63%  ont des difficultés à se déplacer même sur 1 km et  ont tendance à tomber quand elles se lèvent. Et d’ajouter : « Ces personnes ont des problèmes de mémoire quitte à ce que  entre 8 et 10% oublient souvent le chemin qui mène chez eux ». Elles souffrent également de troubles émotionnels liés à l’isolement social, à la solitude, aux maltraitances de tout genre qui aboutissent parfois même aux crimes sur base des conflits fonciers. Pire encore, 80% ont du mal à accéder aux services de soins de santé du fait qu’elles sont à court d’argent et ou habitent loin des structures de soins. 80% des personnes âgées affirment qu’elles n’arrivent plus à couvrir les besoins élémentaires, c’est-à-dire l’alimentation, le logement, l’habillement et les soins de santé.

« Toutes les personnes âgées devraient être soignées gratuitement »

Dr Batungwanayo apprécie l’initiative du gouvernement visant à améliorer les conditions de vies des retraités. Néanmoins, il estime que toutes les personnes âgées devraient bénéficier de la gratuité des soins non pas seulement pour les retraités  mais aussi  ceux qui ont presté pour le secteur privé ou pour  leur compte parce qu’ils ont contribué d’une manière ou d’une autre au développement du pays. Elles ont payé les taxes et impôts et ont tracé des routes ou participer à d’autres activités de développement du pays. Raison pour laquelle, Dr Batungwanayo estime que toutes les personnes âgées devraient être soignées gratuitement. En vue de leur permettre de vieillir en bonne santé, Dr Batungwanayo recommande que ces personnes soient regroupées et encadrées en associations afin d’initier des activités génératrices de revenus. Dr Batungwanayo rappelle qu’une personne âgée qui meurt, c’est comme une bibliothèque qui brûle comme le disait l’écrivain Amadou Hampâté Bâ.

Des recommandations pour inverser la tendance

Pour permettre aux personnes âgées de vieillir en bonne santé, Dr Batungwanayo trouve que la mise en place d’une stratégie nationale de protection sociale spécifique pour ces dernières constitue une ébauche de solution. Il invite le gouvernement et ses partenaires à promouvoir la gériatrie (médecine des personnes âgées) à travers la formation continue et le renforcement des capacités des prestataires . De plus, ajoute-il, les structures de soins devraient être bien équipées pour la prévention et la prise en charge adéquate des maladies chroniques non transmissibles et des troubles liés à la vieillesse.

Selon Dr Batungwanayo, les personnes âgées  doivent consommer essentiellement des fruits et légumes et moins les lipides et les glucides. Il leur conseille également de pratiquer régulièrement le sport comme la marche. Mais ici, il soulève un défi majeur. Celui du manque d’environnement et de terrains propices à la marche car, dit-il, les personnes âgées ont des problèmes de mobilité et d’équilibre alors que les routes sont étroites, le vrombissement des véhicules qui cassent les tympans et l’obscurité surtout la nuit constitue des contraintes à l’exercice du sport  dans les centres urbains.

Du fait que parmi les personnes âgées interviewées lors de l’étude, 6% étaient des retraités, Dr Batungwanayo propose l’allongement de l’âge pour aller à la retraite.  Cette situation va aussi alléger les dépenses des instituts de sécurité sociale dont l’INSS, l’ONPR et la Mutuelle de la Fonction Publique. Dr Batungwanayo informe que selon l’étude, ceux qui partent en retraite sont plus nombreux que ceux qui sont embauchés. Ce qui fait que les charges des institutions de sécurité sociale pour couvrir les besoins des retraités deviennent supérieures aux cotisations. Et de proposer la révision de la politique de la cotisation dans les institutions de sécurité sociale. 

Notons que le rapport du secrétaire général de l’OMS, présenté lors de la 69ème Assemblée Générale de l’OMS en 2016 en République du Congo, on a éveillé la conscience du monde entier sur la transition démographique vers le vieillissement de la population. Il a été  précisé qu’entre 2015 et 2020, la population âgée de 60 ans et plus dépassera celle des enfants de  moins de 5 ans. Ce qui fait qu’avec l’allongement de la durée de vie, les personnes âgées vont devenir nombreuses à travers le monde entier. Selon ce rapport, la proportion des personnes âgées va doubler passant de 11% à 22% de la population mondiale entre 2000 et 2050. Pour cette raison, on a encouragé les Etats à prendre en compte cette catégorie de personnes dans leurs plans de développement afin de tirer le meilleur profit de cette transition démographique. C’est pour cette raison que le Burundi s’inscrit dans cette dynamique.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une