Le Burundi accuse un manque criant de pharmaciens

A l’occasion de la journée mondiale des pharmaciens, l’Ordre national des pharmaciens du Burundi  fait savoir que le Burundi accuse un manque criant de pharmaciens. Raison pour laquelle, Dr Désiré Bizimana, président de cet ordre plaide en faveur de la création de la faculté de Pharmacie dans les universités burundaises

« 195 membres sont inscrits au sein de l’Ordre national  des pharmaciens alors que l’Organisation mondiale de la Santé parle d’au moins un pharmacien pour 10 mille personnes, soit 61 538 personnes pour un pharmacien», a indiqué Désiré Bizimana, président de l’Ordre national des pharmaciens lors d’une conférence de presse, ce 25 septembre 2020. Ce qui, d’après lui, témoigne de l’insuffisance des pharmaciens.

Selon l’ordre national des pharmaciens, la majorité des pharmaciens dignes est formée à l’étranger. Au Burundi, seuls les intermédiaires entre le pharmacien et le patient y sont formés, indique Dr Bizimana.  Pour lui, l’instauration de la faculté de pharmacie à l’Université du Burundi ou dans d’autres universités pourrait résoudre la question. Il révèle que la majorité des membres de cet ordre est formée à l’étranger. Au Burundi, indique-t-il, seuls les intermédiaires entre le pharmacien et le patient y sont formés.  Entre autres difficultés auxquelles leur métier est confronté, Dr Bizimana cite l’indisponibilité des médicaments.  Il regrette que le métier  de pharmacie soit un métier noble mais qui ne soit pas  connu de tous.  Et M.Bizimana rappelle que le pharmacien constitue un angle de protection du patient avec le médecin et le laborantin

Être un pharmacien, ce n’est pas simplement être un vendeur de médicaments

D’après Dr Emmanuel Bamenyekanye, Directeur du département de la pharmacie, du médicament  et de laboratoire précise que le rôle le plus connu du pharmacien est de délivrer les médicaments prescrits par un médecin ou tout autre professionnel de la santé habilité à le faire. Au-delà de ce rôle essentiel, Bamenyekanye ajoute que le pharmacien assure l’entière responsabilité de la vérification des prescriptions et de ce qu’il délivre. S’il estime que le traitement prescrit n’est pas adapté ou s’il a des doutes, il peut refuser de délivrer le médicament concerné. Il doit dès lors contacter votre médecin pour s’assurer qu’il n’y a pas d’erreur et éventuellement, lui demande de modifier la prescription. Il doit impérativement vérifier si tous les médicaments qui se trouvent sur votre ordonnance sont compatibles entre eux et s’ils ne présentent pas d’interaction susceptible de diminuer l’efficacité du traitement ou poser des problèmes de tolérance comme par exemple des troubles intestinaux ou une allergie.

Votre pharmacien s’assure également que vous ayez bien compris les instructions de votre médecin concernant la fréquence, le dosage et le moment des prises. Le cas échéant, il peut ajouter quelques conseils utiles afin que vous suiviez bien votre traitement.

Votre pharmacien doit aussi enregistrer les médicaments que vous prenez dans votre « dossier pharmaceutique ». Si vous présentez une maladie chronique ou des allergies à certains produits, il peut également avec votre accord, les noter dans ce dossier. Il veille ainsi à votre sécurité et permet une analyse plus rapide en cas de problème.

Notons que cette journée a été lancée le 25 septembre 2009 par la fédération internationale des pharmaciens basée en Hollande dans le but de sensibiliser les communautés sur le rôle des pharmaciens. Au Burundi, cette journée sera célébrée sous le thème : «  Des pharmaciens bien formés, très engagés  et mobilisés  pour une meilleure qualité de soins. »

Recommended For You

About the Author: Dieudonné Bukuru

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une