Le conseil National des Églises du Burundi lance une alerte

Publicité

Le conseil National des Églises du Burundi observe un constat amer dans la mise en application des mesures de préventions contre le covid-19. Raison pour laquelle, avec l’appui de Christian Aid, ce conseil en partenariat avec le ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida a, le 19 juin 2020, organisé  un atelier y relatif afin d’interpeller la population à observer scrupuleusement les mesures de prévention  telles qu’arrêtées par le ministère de la santé publique

Publicité

Depuis l’irruption de la maladie à coronavirus, malgré l’appel du gouvernement à travers le ministère de la santé publique, la population Burundaise a pris à la légère le coronavirus. C’est avec l’annonce du 31 mars 2020 de deux cas confirmés de coronavirus que la population a commencé à prendre les choses aux sérieux. Des dispositifs de lavage de mains ont été installés dans différents endroits de la mairie et à l’intérieur du pays. Cependant, un relâchement dans la mise en application de ces mesures s’est amèrement remarqué. Des fois, les gens ne se lavaient pas ou se lavaient à la hâte comme par crainte d’être vus par  les autres.

La mise en œuvre de certaines mesures arrêtées par le ministère de la santé publique ne s’appliquera qu’avec l’annonce d’un cas de décès. Mais, via le compte twitter de ce  ministère, le porte-parole de ce ministère Jean Bosco Girukwishaka a annoncé que le patient est décédé des pathologies associées. « Une personne qui avait été testée positive au Covid-19 et qui était en soins médicaux intensifs à l’hôpital Kira est décédée dimanche 12 avril en raison de complication causées par des pathologies associées ». Lundi, le 13 avril, en mairie de Bujumbura, la population prend conscience de la gravité  de la maladie. Le lavage à l’eau et au savon devient obligatoire. A l’entrée des marchés, des écoles, des églises, des banques, des boutiques et des bistrots, etc; des dispositifs de lavage de mains sont installés. Les gens ont même acheté des désinfectants qu’ils mettent dans leurs poches ou leurs sacs afin qu’ils se désinfectent au moment opportun. Dans différents bureaux, des désinfectants y ont été installés.

Publicité

Après au moins deux semaines, les gens ont manifesté un relâchement continuel quitte à ce que se laver devient comme une corvée ou un fardeau  pour certains. Les kits de lavage de mains se sont désinstallés à certains endroits et ceux qui restent ne sont plus alimentés en eau ou en savons. La population justifie ce désistement en disant :« Coronavirus ne tue pas. C’est de la grippe ». Ainsi, un relâchement dans la mise en application des mesures de prévention contre le covid-19 s’annonce alors que le ministère de la santé ne cesse d’inviter la population à respecter scrupuleusement les mesures de prévention de la pandémie du covid-19.

Le Covid-19 constitue une pandémie grave qu’il ne faut pas négliger

Publicité

« Nous faisons un plaidoyer auprès de l’administration municipale, communale et zonale, auprès des associations œuvrant dans le domaine des transports pour que chacun puisse, en ce qui le concerne, contribuer dans la mise en application des mesures barrières contre covid-19 », a indiqué Révérend pasteur Sylvestre Bizimana, secrétaire Général du CNEB lors d’un atelier organisé le 19 juin 2020 à l’endroit des administratifs locaux et des associations œuvrant dans le domaine du transport. Précédemment, dit-il, d’autres ateliers de sensibilisation avaient été organisés à l’endroit des pasteurs, des prêtres et des Imams afin de leur rappeler que le covid-19 constitue une pandémie grave qu’il ne faut pas négliger. De plus, des kits de lavage de mains et des brochures de sensibilisation ont été distribués afin d’aider ces hommes de Dieu à sensibiliser à leur tour leurs fidèles. Révérend Pasteur Bizimana regrette cependant qu’au niveau des églises, la distanciation reste un défi majeur. Il reconnaît que seule l’église catholique essaie de s’organiser en réaménageant l’horaire des cultes. Pour lui, même lors de la sainte scène dans certaines dénominations, une même tasse et un seul pain sont partagés  par les fidèles. Il souligne également qu’au niveau de l’enseignement fondamental et au post fondamental, des élèves partagent des bonbons, de l’eau, des beignets et des jus, etc. D’où, conclut-il, une détermination et une implication de tout un chacun s’impose.

La mairie de Bujumbura durement touchée

Au regard des cas confirmés, la mairie enregistre à elle seule 77 cas sur les 104 cas communiqués par le ministère de la santé. Au niveau de la mairie, afin de réduire cet effectif voire l’anéantir, le porte-parole de la mairie Mme Candide Kazatsa indique que le changement de comportement est un processus continue. Elle précise que la mairie de Bujumbura n’a pas croisé les bras face à la pandémie. Elle souligne que des séances de sensibilisation ont été organisées à l’endroit des administratifs locaux pour qu’à leur tour, ils aillent sensibiliser la population. De plus, une sensibilisation élargie  a été effectuée à l’aide d’un véhicule muni d’un mégaphone qui a sillonné toute la mairie en lançant des messages des sensibilisations.

Mme Kazatsa révèle que la mairie compte, en collaboration avec les commissaires des marchés, installer des radios dans les marchés  pour une large sensibilisation auprès d’un grand public. Elle ajoute que la même sensibilisation sera effectuée dans les bus de transports. Cela par l’installation des casettes dans les radios se trouvant dans les bus en vue de rappeler les mesures de prévention contre le covid-19.

Rappelons que les mesures préventives contre le covid sont : Se laver les mains à l’eau et au  savon ou une solution hydro alcoolique, observer une distanciation physique d’au moins 1m, ne pas se toucher les yeux, le nez ou la bouche; éternuer ou tousser dans le creux de la coude ou couvre la bouche et le nez d’un ‎mouchoir; consulter un médecin à chaque fois qu’une personne présente les symptômes comme la fièvre, ‎la toux et des difficultés à ‎respirer.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une