Un Marché des capitaux pour bientôt

Advertisement

L’Agence Burundaise de Promotion des Investissements (API) en collaboration avec la Banque de la République du Burundi (BRB) a organisé  lundi le 20 avril 2020, un atelier de sensibilisation sur le marché des capitaux et l’investissement à l’endroit des investisseurs, banquiers, financiers et des journalistes. Cela pour leur expliquer la manière dont le marché des capitaux fonctionne et les opportunités d’investissement que ce marché va générer au Burundi

Advertisement

Melchior Wagara, premier vice-gouverneur de la BRB a indiqué que cet atelier a pour objectif de sensibiliser les parties prenantes sur l’existence imminente de marché des capitaux, son fonctionnement et les opportunités d’investissement que ce marché va générer au Burundi. Il a fait savoir que le marché des capitaux ne vient pas pour substituer le système d’intermédiation indirect existant effectué par les établissements offrant des crédits. Il a expliqué que le marché des capitaux et les établissements des crédits se complètent.

« Le marché des capitaux est un marché financier qui réunit les acheteurs et les vendeurs pour échanger des actions, des obligations, des devises et d’autres actifs financiers. Il ajouté que ce marché aide les gens qui ont des idées à devenir des entrepreneurs et les petites entreprises à devenir de grandes entreprises. Ce marché donne aussi à des gens la possibilité d’économiser et d’investir pour leur avenir », a expliqué Pierre Damien Mpawenimana, Responsable de la Cellule Bourse des Valeurs Mobilières à la BRB.

M. Mpawenimana a fait savoir que le marché des capitaux au Burundi pourra jouer un rôle majeur dans le processus de privatisation des entreprises publiques, de la recapitalisation des banques en besoin de capitaux et fournira aux collectivités locales, entreprises publiques et privées une plateforme privilégiée pour lever des fonds stables et diversifier leurs sources de financement.

De plus, a-t-il ajouté, ce marché permettra d’augmenter le volume de l’épargne à long terme favorisant ainsi le financement des investissements porteurs de la croissance. Il va favoriser le développement de l’épargne contractuelle et l’investissement collectif.

Du cadre légal et réglementaire

Arsène Mugenzi a indiqué que le marché des capitaux a comme activités de courtage en valeurs mobilières; les transactions sur les valeurs mobilières; la garde et l’administration des actifs; la gestion des valeurs mobilières; les conseils; l’établissement des régimes de placement collectif; l’utilisation des systèmes informatiques pour donner des instructions d’opérations de placement; l’établissement et l’opération d’un dépositaire central des titres.

Désiré Musharitse, Directeur de l’API définit le marché des capitaux comme une plateforme idéale où se rencontrent les offres et demandes de capitaux à court, moyen et long terme dont l’équilibre est assuré par la banque centrale. M.Musharitse a informé que les capitaux constituent les catalyseurs des investissements par le fait que sans eux, l’investissement n’est pas possible, d’où l’importance d’existence du marché des capitaux. Et de préciser que le marché des capitaux sera bientôt fonctionnel au Burundi.

Le directeur de l’API a fait remarquer que le financement des entreprises et le maintien de la liquidité de l’épargne constituent des fonctions les plus importantes de marché des capitaux. Et d’ajouter que le marché des capitaux constitue un potentiel d’opportunités d’investissements énormes que les opérateurs économiques et les investisseurs burundais potentiels devraient découvrir, connaître et certainement exploiter.

Les raisons d’investir au Burundi

Isaïe Ntirandekura, Responsable de la promotion des investissements à l’API a expliqué dix raisons pour investir au Burundi. Il cite notamment la position stratégique dans la région qui offre un marché plus large; le climat des affaires en constante amélioration ; l’exonération fiscales et douanières; une attractivité unique au Burundi sur le lac TANGANYIKA (ses plages) et les activités de plaisance, les monts et vallées, la réserve de la forêt vierge de Kibira. Il cite aussi l’héritage culturel et les tambours du Burundi; les opportunités d’investissement dans tous les secteurs; l’absence de compétition et une main d’œuvre moins chère; les matières premières excessives et inexploitées; la facilité de voyager au Burundi et dans la région EAC et enfin les perspectives d’avenir prometteuses notamment dues aux chantiers énergétiques.

Sylvie Kagaba, Directrice des finances à la Bancobu a indiqué que le marché des capitaux a deux nivaux (primaire et secondaire). Elle a fait savoir que ce marché existait au Burundi depuis longtemps, mais que la plupart le faisaient sans le savoir. Elle a invité les journalistes à bien s’informer sur ce projet pour diffuser des informations claires à tout le monde.

Rappelons que la loi régissant le marché des capitaux a été promulguée au Burundi le 27 février 2019. Cette loi établit aussi les mécanismes de supervision en vue de protéger les investisseurs, de garantir l’équité, l’efficacité et la transparence du marché et de réduire le risque systémique.

Recommended For You

About the Author: Richard Nsengiyumva

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une