Le ministère de la santé publique prêt à faire face à l’épidémie de coronavirus

Dans le but de communiquer à la population les mesures prises pour faire face à l’épidémie de coronavirus qui sévit en Chine et dans d’autres coins du monde, le ministre de la santé  publique, Dr Thaddée Ndikumana en compagnie avec  le représentant de l’OMS au Burundi a organisé vendredi 31 janvier 2020 une conférence de presse. Le ministre a profité de l’occasion pour  inviter la population à observer les mesures d’hygiène par le lavage des mains à l’eau propre et au savon

Jeudi le 30 janvier 2020, le directeur général de l’OMS a déclaré que le coronavirus constitue une urgence mondiale. Cela après que plus de 200 personnes avaient succombé de cette maladie et plus de 10 000 personnes touchées par cette épidémie. Sur ce, il appelle  tous les pays membre de l’OMS à prendre des mesures pour protéger la population tout en préservant la communication entre la République Populaire de Chine et les pays membres mais  aussi en préservant le mouvement des populations.

Le ministre Thaddée Ndikumana informe que le coronavirus sera combattu comme on l’a fait pour faire face à l’épidémie d’Ebola qui sévissait en République Démocratique du Congo (RDC) là où le ministère a  mis en place un plan de riposte quitte à ce qu’on a pu protéger la population de la maladie à virus Ebola mais aussi garder la communication avec la RDC en préservant la libre circulation  des personnes et des biens. Dr Ndikumana fait savoir que  les équipements qui ont été utilisés vont nous servir à faire la prévention contre le coronavirus. Il fait remarquer que les signes du coronavirus sont en quelque sorte similaire à ceux d’Ebola sauf que pour le coronavirus, le suspect présente une fièvre,  une toux avec un écoulement nasal.

Selon le ministre, les personnes qui auront voyagé  en Asie, une fois suspectées  qu’elles ont été atteintes de coronavirus seront acheminées à l’hôpital Prince Régent Charles où des chambres d’isolement ont été réservées. Le ministre indique qu’ils vont y rester pendant 14 jours. « Dans ces 14 jours, nous allons faire des investigations, appliquer un traitement symptomatiques parce que le coronavirus n’a pas de traitement mais quelqu’un qui présente des signes d’infections respiratoires est prise en charge à travers les antipyrétiques pour diminuer la température mais aussi le traitement pour la pneumonie ou de l’infection respiratoire aigüe », indique le ministre. Il précise que pendant ces 14 jours, le ministère va faire des prélèvements qui seront acheminés en Afrique du sud car il est le seul pays en Afrique  qui abrite un laboratoire qui peut isoler la souche du coronavirus. Quant aux chinois vivant au Burundi, une fois suspectés, ils vont être accueillis pendant 14 jours à l’hôpital général de Mpanda où les médecins spécialistes chinois vont les prendre en charge.

Par rapport aux mesures qui seront prises, il informe que des prestataires seront installés à l’aéroport international Melchior Ndadaye. Ces derniers doivent avoir des respirateurs qui les protègent contre tous les virus qui sont dans l’air ambiant.

Par rapport aux personnes qui effectuent des voyages en Chine, le ministre indique qu’en commun accord avec le ministère de la sécurité publique et l’ambassade de Chine au Burundi, le ministère va organiser des enseignements à leur endroit afin qu’ils ne puissent pas fréquenter les villes interdites.

Le ministre Thaddée Ndikumana estime que les Burundais ne devraient pas avoir peur car il n’y a pas de vol direct Chine-Burudi ou Burundi-Chine. «Comme nous sommes en train de nous préparer ici au Burundi, c’est la même chose dans les pays voisins notamment l’Éthiopie, la Tanzanie, le Kenya et l’Ouganda qui constituent les premiers niveaux de prévention ».

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une