Economie
Trending

Le prix d’un kg de graines de maïs rehaussé de plus de 62 %

Auparavant, le prix au producteur était fixé  à 680 FBu. Pour le dernier consommateur, ce prix sera fixé  à 1080 FB, soit une hausse du prix de plus de 62 %. Cependant, après la collecte, la gestion des stocks de maïs prête à confusion. Cela est dû au manque des hangars de stockage appropriés, des appareils humidimètres, des balances, etc. Ce qui  a poussé la chambre basse du parlement à inviter  le ministère des finances à une séance de questions orales jeudi 02 septembre 2021

Les honorables députés ont invité le ministre des Finances après que le ministre de l’Environnement de l’agriculture et de l’Elevage ait signifié que le stockage et la conservation de la récolte ont rencontré des difficultés. Il a indiqué aux députés que la lenteur dans l’octroi du matériel dont des appareils humidimètres, les balances  leur sont parvenues tardivement. 

Lors des questions orales, les députés ont demandé au Ministre des finances, Domitien Ndihokubwayo le pourquoi de cette lenteur. Et de répondre que tout projet naissant doit nécessairement rencontrer des difficultés. «  C’est un projet naissant. On ne s’y était pas suffisamment préparé d’avance. Dans le budget général de l’état, on n’avait pas prévu des frais pour ça. Raison pour laquelle il y a eu certaines difficultés », a informé le ministre. Les députés ont voulu savoir le budget qui a été utilisé dans le processus de collecte de la récolte. Le ministre a répondu qu’un budget de 34 milliards a été prévu. « Ce budget est un crédit contracté au niveau de la BRB et qui sera emboursé sur un taux de 2 % », a-t-il informé.  

Ministre des finances, Domitien Ndihokubwayo

D’après le ministre, 14 000 tonnes de graines de maïs ont été récoltées à travers tout le pays. Cependant,  puisque  les graines avaient été achetées  au moment où elles n’étaient pas compétemment sèches, ces tonnes peuvent diminuer.

L’autre question qui a attiré l’attention des députés concerne la commercialisation de la récolte. Les députés s’inquiètent de la hausse du prix aux consommateurs qui est fixé à 1080 FBu alors que  pour le producteur le prix est fixé à 680 FBu, soit une hausse de plus de 62 %. Les députés indiquent que même si le gouvernement voulait assoir les meilleures conditions de vie de la population, cette population peut se retrouver dans l’incapacité d’acheter les graines qu’elle avait vendues à 680 FBu. Ces députés trouvent qu’il faut plutôt fixer le prix à 820 FBu.

 Les consommateurs avaient pressenti la hausse du prix 

« Désormais, il est interdit d’importer les graines de maïs et la farine à base de cette céréale  sur une période de six mois », avait indiqué Jérémie Banirwaninzigo, secrétaire permanent au ministère du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du tourisme mardi le 9 mars 2021. Le gouvernement indiquait que ces produits contiennent une grande quantité de mycotoxines telles que les aflatoxines et les fumonisines qui pourraient avoir des conséquences néfastes sur le plan sanitaire.

Les consommateurs avaient souligné qu’il s’agit d’une stratégie prise par le gouvernement pour trouver un marché d’écoulement de la production du maïs jugée grande pendant la saison culturale 2021 A.  

Malgré cette bonne production évoquée, la population craignait que cette mesure soit suivie par une insécurité alimentaire qui va engendrer la hausse du prix du maïs.

Sur une prévision de 200 000 Tonnes, 14 000 tonnes seulement ont été collectées,  soit 7 %

Selon une note sur la commercialisation du maïs pour la saison 2021 A, présentée par le Ministre du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du Tourisme lors d’une réunion du conseil des ministres du 03 mars 2021,  200 milles tonnes de maïs allaient être collectées dans un premier temps. « Au niveau de la campagne de collecte de ce maïs, la note propose que dans un premier temps, la collecte soit limitée à 200 mille tonnes de maïs », note le communiqué.

Entre 2005 et 2014, les importations de maïs ont augmenté de 28,4 %

Même si le gouvernement a interdit l’importation des graines de maïs ainsi que la farine qui en dérive, les chiffres montrent que le Burundi a, depuis des années importées des quantités non négligeables de tonnes de maïs. Dans son rapport « Analyse des incitations par les prix pour le maïs au Burundi pour la période 2005-2014 » du Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), en 2005 le Burundi importait 8 183 tonnes de maïs. En 2014, le Burundi importait 11 430.7 tonnes. « Entre 2005 et 2014, les importations de maïs grains ont augmenté de 8 183 tonnes à 11 430,7 tonnes, soit une hausse de 28,4 pourcent atteignant un pic de 32 870 tonnes en 2012 », précise le rapport.

Les principales importations de maïs proviennent de la Tanzanie, du Rwanda, de l’Ouganda et de la Zambie.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button