Le site Kigaramango fermé

Abritant auparavant plus de 9000 ménages suite aux inondations de la zone Gatumba, le Site Kigaramango a été fermé mercredi 10 mars 2021. Les activités de cette fermeture étaient rehaussées par la présence de la ministre de la Solidarité, Mme Imelde Sabushimike. Pour leur permettre de recommencer la vie, les sinistrés ont bénéficié d’un kit retour de 150 000 FBu pour leur réinstallation. Cependant, les bénéficiaires indiquent que cette somme est insuffisante si on considère les besoins

Après que les eaux du lac Tanganyika et de la rivière Rusizi ont inondé les ménages de certaines collines de la zone Gatumba, les victimes de ces inondations se sont regroupées au site Kigaramango où  beaucoup d’entre eux mènent une vie précaire. Actuellement, le site Kigaramango abrite 6953 personnes regroupées dans 2740 familles. D’après la ministre de solidarité  Imelde Sabushimike, parmi les 2740 familles, 1628 étaient des locataires au moment où 1112 avaient leurs propres maisons. Et, parmi eux, ajoute-t-elle, 527 peuvent regagner leurs maisons alors que 585 doivent être délocalisés.  Pour la première vaque de distribution, 1000 ménages (surtout les locataires) vont bénéficier d’un kit retour. Ce dernier est constitué  de 150 000 FBu et d’autres biens matériels et immatériels.

Selon la ministre, ceux qui avaient leurs propres parcelles et qui ne sont pas inondées seront assistés en tentes, shelting afin de leur permettre de se réinstaller avant que l’Etat leur réhabilite ou leur construit des maisons. Elle avertit cependant que cela ne se fera qu’après s’être installé.

Mme Imelde Sabushimike, ministre de la Solidarité

« Pour ceux qui possèdent leurs propres maisons qui sont toujours dans l’eau, le gouvernement a pris la décision de les relocaliser dans d’autres endroits non inondables », indique la ministre. Avant que ces maisons soient construites, ces derniers doivent aller s’installer temporairement dans le site SOBEL. C’est de même pour ceux qui habitaient les quartiers Mushasha I et II et le quartier Gaharawe, poursuit-elle.

Ceux qui habitent le site Kigaramango se réjouissent d’avoir quitté ce site. Ils indiquent qu’ils rencontraient de différentes difficultés dont des maladies des mains sales, des maladies corporelles et des insectes. Ils remercient le gouvernement pour  cette initiative. Ils demandent néanmoins qu’ils soient assistés en vivres et en ustensiles et surtout en petit capital pour qu’ils puissent monter de petits projets de développement.

Pourquoi le site Kigaramango ?

En date du 19 Avril et du 1 Mai 2020, des inondations sévères ont touché la zone Gatumba dans la commune Mutimbizi de la province Bujumbura. Ces inondations sont dues à la montée des eaux du lac Tanganyika renforcée par les eaux de la rivière Rusizi II. Sept quartiers dont Kinyinya I, Kinyinya II, Mushasha I, Mushasha II, Muyange I, Muyange II et Gaharawe de la zone de Gatumba ont été touchés. Cette catastrophe naturelle a affecté 45 681 personnes, soit 8543 ménages et a causé le déplacement de 17 792 personnes, soit 3 210 ménages qui ont été installés dans trois sites dont Kigaramango, SOBEL dans la zone Maramvya et Rukaramu.

En date du 8 et 11 janvier 2021, les pluies diluviennes ont provoqué les crues de la rivière Rusizi et ont occasionné la montée du niveau du lac Tanganyika, entrainant ainsi les inondations dans les quartiers de la zone Gatumba. Les facteurs structurels, à l’instar la nappe phréatique saturée, l’envasement du lit de la rivière Rusizi ainsi que la faiblesse des digues artisanales ont accentué l’inondation.

A la veille de ces événements, 2 740 ménages restaient encore dans les 4 sites des déplacés: 762 à Kigaramango, 1 311 à Kinyinya II, 130 à Mafubo, 537 à Maramvya Sobel. Ces effectifs ont été obtenus à l’issu du processus de profilage réalisé conjointement par le Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre et l’Organisation Internationale pour les migrations (OIM) grâce au financement des fonds CERF sous la fenêtre d’underfunded emergencies.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une