Les coopératives : Une solution collective à la pauvreté

Advertisement

La coopérative jouait  un rôle prépondérant dans le développement rural. Depuis belle lurette, des efforts sont en train d’être déployés  pour inciter la population à se regrouper en coopératives. Ainsi, 5 756 sociétés coopératives sont déjà créées avec un capital social de plus de 35 milliards de FBu et des emplois prévisionnels estimés à 217 403

Advertisement

Depuis l’époque coloniale, la coopérative a été considérée comme un vecteur de promotion humaine et de développement économique et social.  Ce constat a été fait également par les premiers dirigeants nationaux qui en ont fait une stratégie de politique nationale  de gouvernance dès l’accession du pays à la souveraineté nationale. Ainsi, le mouvement coopératif a connu un essor qualitatif appréciable dans tous les  secteurs économiques. Comme on peut le constater, les coopératives ont une longue tradition au Burundi.

Prince Louis Rwagasore, le héros de l’indépendance avait pressenti le rôle incontournable des coopératives dans la lutte contre la pauvreté. Malheureusement, au fur des années, la politique de développement communautaire basée sur les coopératives n’a pas été soutenue par les gouvernements qui se sont succédé. Melchior Ndadaye, le héros de la démocratie prônait aussi le regroupement de la population en coopératives pour un développement efficace et efficiente.

Redynamiser le secteur

Dans le but de redynamiser le secteur des coopératives, une loi a été promulguée en 2017. Cette loi régit les sociétés coopératives au Burundi. De plus, une Agence Nationale de Promotion et de Régulation des Sociétés Coopératives au Burundi (ANACOOP) a été créée. Depuis sa création, toutes les sociétés coopératives sont enregistrées au niveau de cette l’Agence. Ainsi, informe Oscar Barankariza, directeur général de cette agence, 5 756 coopératives sont déjà enregistrées, incluant celles qui étaient enregistrées au niveau de l’API.

D’après M. Barankariza, l’Agence Nationale de Promotion et de Régulation des Sociétés Coopératives est  chargée du contrôle, du suivi et de régulation des activités des sociétés coopératives. Elle a pour mission, ajoute-il,  de conseiller le Gouvernement dans la formulation de sa politique générale en rapport avec les sociétés coopératives et suit la mise en œuvre de cette politique en vue de proposer son adaptation aux nouveaux besoins dans le cadre des plans nationaux de développement. Elle étudie et propose aussi toutes les réformes législatives et réglementaires intéressant l’organisation, le fonctionnement et le développement des sociétés coopératives notamment l’octroi des avantages fiscaux, enchaîne-t-il. M. Barankariza indique que cette agence a pour objectif de promouvoir et de réguler les programmes de la politique nationale des sociétés coopératives.

ANACOOP, seul organe habileté à  enregistrer les sociétés coopératives

M.Barankariza fait savoir que les sociétés coopératives doivent se faire enregistrer au sein de l’ANACCOP. Il révèle  que l’enregistrement des sociétés coopératives ne dépassant pas deux ans d’existence est gratuit. L’enregistrement des sociétés coopératives veilles de plus de deux ans requiert une somme de 20 000  FBu. Il informe que pour une nouvelle société, l’enregistrement se fait moyennant payement de 40 000 FBu. « Pour une nouvelle société coopérative qui demande l’enregistrement au sein de l’ANACOOP, une somme de 40000 FBu est exigée comme on le faisait à l’API ».

Notons que les lieux d’enregistrement des sociétés coopératives se trouvent respectivement à Gitega au quartier Musinzira au siège de l’ANACOOP et à Bujumbura dans l’immeuble « The White Stone ».  Pour plus d’informations, on peut téléphoner au numéro vert 22 28 08 65.

Qu’est-ce qu’une coopérative?
Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou des sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels communs. En vue de les satisfaire, elles s’associent pour exploiter une entreprise conformément aux règles d’action coopérative. La coopérative est donc une entreprise privée, à but lucratif, mais qui est de propriété collective avec un mode de gouvernance démocratique. Comme la société par actions, la coopérative est une personne morale distincte de ses membres et la responsabilité de chacun des membres y est limitée à la valeur des parts souscrites. Toutefois, elle se distingue des autres entreprises par sa structure de propriété, sa gouvernance, sa finalité, sa gestion et ses valeurs.

Recommended For You

About the Author: Dieudonné Bukuru

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une