L’OMS appelle tous les pays à éliminer l’hépatite B ‎chez la mère et chez l’enfant

Chaque année en date du 28 juillet, le monde célèbre la Journée mondiale de lutte contre l’hépatite. C’est une occasion de faire connaître l’hépatite virale, une inflammation du foie à l’origine de différentes pathologies, dont le cancer du foie. Pour cette année, le thème retenu est : « Pour un avenir sans hépatite » et, l’accent est mis sur la prévention de cette pathologie chez la mère et le nouveau-né. Ainsi, l’OMS appelle tous les pays à œuvrer ensemble pour éliminer l’hépatite virale en tant problème de santé publique d’ici à 2030

Selon un communiqué sorti par l’OMS à cette occasion, au niveau mondial, plus de 250 millions de personnes vivent avec une infection chronique par le Virus à Hépatite B (VHB). Les nourrissons sont particulièrement vulnérables. Environ 90 % des enfants infectés par ce virus pendant leur première année de vie en deviennent des porteurs chroniques. Le VHB attaque le foie et emporte près de 900 000 personnes chaque année. La part des enfants de moins de 5 ans qui présente une infection chronique par le virus de l’hépatite B (VHB) est passée à moins de 1 % en 2019 contre 5 % environ à l’ère pré-vaccinale (période allant des années 1980 au début des années 2000) d’après de nouvelles estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

D’après ce communiqué, cette étape marque la réalisation de l’une des cibles pour l’élimination de l’hépatite virale figurant dans les objectifs de développement durable (ODD) et consiste à ramener la prévalence de l’infection par le VHB chez les enfants de moins de 5 ans à moins de 1 % d’ici à 2020. « Aucun enfant ne devrait risquer de décéder plus tard du simple fait qu’il n’a pas été vacciné lorsqu’il était nourrisson. L’étape que nous venons de franchir signifie que nous avons fortement réduit le nombre de cas de lésion hépatique et de cancer du foie chez les générations futures », déclare Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.Et de faire savoir : « La prévention de la transmission de l’hépatite B de la mère à l’enfant est la stratégie centrale pour combattre la maladie et sauver des vies. Même au cœur de la pandémie du COVID-19, nous devons veiller à ce que les mères et leurs nourrissons aient accès aux services vitaux et notamment aux vaccinations contre l’hépatite B.»

Selon le même communiqué, l’OMS appelle à l’action et à l’unité pour se servir de cette réalisation comme un tremplin. Elle exhorte à redoubler d’efforts pour prévenir la transmission mère-enfant du VHB en dépistant les femmes enceintes, en administrant une prophylaxie antivirale à ceux qui en ont besoin et en maintenant et en élargissant l’accès à la vaccination contre l’hépatite B.

Recommended For You

About the Author: Dieudonné Bukuru

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une