Marchés Cotebu et BCM : L’Hygiène de certains restaurants laisse à désirer

L’hygiène de certains restaurants des marchés Cotebu et Bujumbura city Market (chez Sion) laisse à désirer. Les propriétaires de ces restaurants accusent les autorités de ne pas enlever les déchets alors qu’ils payent les frais pour la collecte de ces derniers. Ainsi, ils demandent aux autorités de s’impliquer au risque de ne pas attraper des maladies des mains sales

Vendredi 10 janvier 2019, le journal EjoHeza news a fait une descente dans certains restaurants des marchés Cotebu et BCM pour se rendre compte de  l’état d’hygiène qui y prévaut. Aux alentours du marché «chez Sion», pas mal de restaurants y sont installés.  Néanmoins, ils sont mal aménagés. L’insalubrité y règne en maître. La route qui passe à cet endroit est en terre. Ce qui fait qu’il y a trop de boue mélangée à des épluchures et d’écorchures de différents fruits et légumes. Des restes de nourriture s’y observent aussi. Il s’agit des restes de haricots cuits ou pas, des restes de pâtes  de maïs et/ou de manioc.Une fois ces déchets  piétinés par les passants ou les voitures sont dégoutants.

De l’autre côté de cette route se trouve une montagne d’immondices. Heureusement, un véhicule était sur les lieux pour collecter et enlever ces dernières. Cependant, une odeur nauséabonde et suffocante se dégage de ces immondices.  Sur cette route, presque une centaine de restaurants y est installé. A côté de ces restaurants, s’opère le commerce des poules. Leur fiente dégage une odeur nauséabonde et gène les clients. L’eau potable est absente. De surcroît, l’eau utilisée pour le lavage des mains et la propreté des ustensiles de cuisine est sale. L’eau potable est puisée ailleurs.

Même son de cloche au marché dit Cotebu

Au marché Ngagara II dénommé Cotebu, la partie réservée aux fruits et légumes dégage une odeur nauséabonde suite aux déchets provenant de ce marché. Les gens qui fréquentent les restaurants situés tout près du marché déplorent l’insalubrité qui caractérise ces endroits.

Les mouches qui voltigent autour des assiettes et les détritus composés de restes de nourritures sont le gros d’insalubrité qui vous accueille près de ces maisonnettes de restauration. Des bols remplis de nourriture sont éparpillés un peu partout à l’intérieur. Ces maisonnettes sont toujours remplies du monde suite à leurs bas prix par rapport à d’autres. Cependant, elles manquent de latrines et d’eau potable. Ceux qui veulent se soulager doivent payer une somme comprise entre 100 et 300 FBu selon le besoin. 100 FBu pour le petit besoin, 200 FBu pour le grand besoin et 300 FBu pour faire la douche. Ceux qui ne parviennent pas à trouver cet argent doivent se soulager dans de petits champs cultivés  le long de la clôture de l’industrie textile du Burundi (Afritextile) ou ailleurs. Raison pour laquelle, les clients de ces restaurants craignent d’attraper les maladies des mains sales.

Les règles élémentaires d’hygiène et de la sécurité alimentaire

D’après l’organisation Mondiale de la Santé, une bonne hygiène est indispensable pour une bonne santé. Le manque d’hygiène personnel se transforme vite en un problème grave car cela favorise la transmission de virus et germes àd’autres personnes et peut donc véhiculer des maladies. Ainsi, pour prévenir ces maladies, 10 règles élémentaires d’hygiène sont à respecter à savoir : se laver les mains avant et pendant la préparation des aliments, les aliments qui se mangent crus doivent être minutieusement laves, consommer de préférence les aliments cuits immédiatement car à température ambiante, les microbes se reproduisent. De plus, pour conserver les aliments cuits, utiliser de préférence un frigidaire ou une banque froide, éviter le contact entre aliments cuits et crus, car ces derniers sont sources de contamination. Il faut aussi maintenir les aliments hors de portée des insectes, des animaux et autres nuisibles.Cuisiner les aliments à température adéquate, en particulier les viandes, poissons, et œufs crus. Pour le gibier, soyez encore plus attentif à la cuisson. Utiliser de l’eau potable pour boire et préparer les aliments mais aussi nettoyer régulièrement le frigidaire.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une