MINEAGRIE : La production agricole a sensiblement augmenté

Le Burundi se réjouit de la stabilité alimentaire s’observant à travers tout le pays suite à l’augmentation de la production agricole enregistrée au cours des deux dernières années. Cette augmentation de la production est due à la combinaison des facteurs de production. C’est ce qu’a indiqué Déo Guide Rurema, ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage dans une conférence de presse de ce mardi 07 avril 2020

« Actuellement, on n’observe pas des gens qui fuient le pays à la recherche de la nourriture dans d’autres pays comme on s’est observé dans les années précédentes où les gens quittaient le pays à cause de la famine », informe M.Rurema. Il explique que l’augmentation de la production résulte d’une combinaison des facteurs de production tels que la disponibilité des engrais et semences de qualité via les programmes de subventions, de la lutte contre l’érosion des sols et l’utilisation des techniques culturales améliorées. Il informe également qu’il y a eu de l’accroissement des superficies cultivables pour la culture de riz et de maïs dans le projet d’aménagement des marais. « Les superficies aménagées sont passées de 12 250 hectares en 2015 à 17 474 hectares en 2020 avec 71 ha qui étaient occupés par des cultures », précise M.Rurema. Et d’indiquer : « la saison culturale A 2020 a été marquée par une augmentation significative de la production par rapport à la saison culturale A 2019. Les productions du maïs,  du riz et des pommes de terres ont enregistrées une meilleure production dans tout le pays ».

D’après le ministre Dr Rurema, le rapport sur la production des denrées principales montre que la production du maïs est passée de 139 211 tonnes en 2015 à 890 162 tonnes en 2020 ; le Riz de 55 952 tonnes en 2015 à plus de 300 000 tonnes en 2020 ; pomme de terre à 55 686 tonnes en 2015 à 134 340 tonnes en 2020 et le haricot de 90.218 tonnes à 146.903,3 tonnes en 2020.

En comparaison entre les années 2015 et 2020 par un hectare, Rurema indique que le rendement du maïs est passé de 0,8268 tonnes en 2015 à 3 tonnes en 2020, le riz de 5,529 tonnes à 6,45 tonnes, les pommes de terre à 6,607 tonnes à 15,32 tonnes et les haricots sont passés de 0,6782 tonnes à 1,150 tonnes par hectare.

Des coopératives enregistrées plus de productions

Dr Rurema fait remarquer que les coopératives SANGWE de la province Cibitoke, les Coopératives des producteurs des communes Mwakiro et Buhinyuza et l’investisseur privé de la province Muyinga viennent en premier lieu en augmentant la production. Ils ont enregistré de grands stocks de maïs. Pour le riz paddy, il s’agit des coopératives de la province Cibitoke et Kayanza, les coopératives des producteurs des communes Mwakiro et Buhinyuza de la province Muyinga et pour la pomme de terre, les coopératives et les privés de la province Mwaro et Kayanza se placent au premier rang et enregistrent de stocks énormes de pommes de terres.

Dans le but de diversifier l’assiette alimentaire et assurer la bonne nutrition, explique Rurema, le ministère a fait une promotion des cultures à haute valeur nutritive dont les champignons, les fruits et les légumes ainsi que la viande, le lait et les œufs. Il souligne que certains fruits et plantes aident la population à équilibrer leur alimentation.

Le ministre Rurema demande à la population de bien gérer la production agricole surtout en ce moment où le monde entier fait face à la pandémie de coronavirus. En rapport avec la flambée des prix des denrées alimentaires sur le marché, Dr Rurema dit qu’il va soumettre cette question  au ministre du commerce pour suivre de près cette problématique et prendre des mesures.

Recommended For You

About the Author: Richard Nsengiyumva

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une