MSPLS : De nouvelles mesures pour barrer la route aux cas importés de covid-19

Après avoir constaté qu’il y a une recrudescence de cas importés de covid-19, le ministre de la santé publique et de lutte contre le sida, Dr Thaddée Ndikumana vient de porter à la connaissance du public tant national qu’international des mesures initiées pour barrer la route à cette recrudescence. Parmi celles-ci figure une quarante de 72 heures dans les hôtels pour tout voyageur  venu de l’étranger que débarque dans l’Aéroport international Melchior Ndadaye ou dans les  aéroports de la sous-région

« Comme il a été remarqué que parmi les demandeurs de certificats de voyage, il y a des cas positifs, le port de masque est obligatoire pour tout voyageur qui passe dans les enceinte de l’INSP pour le prélèvement. Celui ou celle qui  passera outre cette mesure ne sera pas reçu », informe Dr Thaddée Ndikumana, Ministre de la Santé publique. Il ajoute que tous les prélèvements d’échantillons, leurs analyses et la délivrance de certificat Covid-19 sont exclusivement assurés par le laboratoire National de Référence de l’Institut de Santé Publique (INSP). Cette mesure intervient après avoir constaté qu’il y a des voyageurs qui utilisent de faux certificats de covid-19. Aussi, poursuit-il, puisque au niveau de l’INSP, on reçoit un nombre important de voyageurs burundais qui demande des certificats alors que le personnel est limité, le ministre invite les demandeurs de ces certificats à se faire dépister 48 heures avant de voyager. C’est au moment où, actuellement, ces derniers se font dépister et veulent rentrer avec les résultats et le certificat. Comme il l’indique tout voyageur doit se présenter à l’équipe médicale affectée aux postes d’entrée qui vérifie l’authenticité de certificat de covid-19 délivré par le laboratoire de référence de l’INSP.

Des mesures à l’endroit des voyageurs entrant sur le territoire

Pour les voyageurs entrant sur le territoire burundais, le ministre indique qu’une quarantaine de 72 heures dans les hôtels est de stricte application. Ainsi, chaque voyageur doit loger dans sa chambre et y rester pendant les 72 heures. Il fait remarquer que le prélèvement se fait dès l’arrivée du voyageur à l’aéroport ou à n’importe quel point d’entrée. De plus, le transport des passagers vers les hôtels est de la responsabilité des hôtels en collaboration avec les services du tourisme en veillant  toujours au respect des mesures de prévention de la covid-19.

Les hôtels doivent veiller au respect strict des consignes de quarantaine tels que prescrits dans l’acte d’engagement signé entre le ministère et les hôtels. Et, ce sont les hôtels de Bujumbura qui sont responsables du transport des personnes en quarantaine vers l’hôtel source du Nil pour les prélèvements de contrôle. Pour les voyageurs en quarantaine dans les autres provinces du pays, les prélèvements de contrôle se font dans les hôtels qui les hébergent.  S’il advient, souligne-t-il, qu’il y a un ou des cas positifs à bord d’un avion ou d’un bateau, tous les passagers doivent observer une quarantaine supplémentaire de 72 heures avant de bénéficier d’un deuxième test.

D’après le ministre, suite au constat que certains voyageurs débarquent dans les aéroports de la sous région pour entrer au Burundi par voie terrestre ou lacustre, la mesure de quarantaine les concerne au même titre que ceux qui passent par l’aéroport Internationale Melchior Ndadaye. Dr Ndikumana souligne que les services de migrations sont tenus de vérifier les documents de voyage pour repérer le point de départ du voyageur afin de permettre aux services de santé d’organiser la quarantaine dans les hôtels choisis  à cette fin. Et d’avertir, tout contrevenant sera puni.

Notons que les camionneurs certifiés qui assurent le transport international des marchandises bénéficient des mesures spécifiques.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une