Ouverture de la frontière Gatumba : Une somme de 30 $ qui n’est pas à la portée de toutes les bourses

Fermée le 11 janvier 2021 à cause de la Covid-19, la frontière Gatumba-Congo vient d’être  rouverte ce mardi 01 juin 2021. A la veille de l’ouverture, le comité de gestion de crise avait annoncé que pour entrer au pays pour les nationaux, une somme de 15 000 FBu est exigée tandis que pour les étrangers,  ils doivent payer une somme de 30 USD. Une somme que les congolais jugent exorbitants au regard de leurs moyens

Accompagné par des représentants de @WhoBurundi
et du @UNFPABurundi
, le Ministre @thaddee91939578
au poste-frontalier de Gatumba lors de sa réouverture

Matabishi Ndingari, président de l’association des transporteurs transfrontaliers au Congo indique que les frais exigés pour entrer au Burundi sont énormes. Il estime que leur faire payer 30 dollars, c’est l’équivalent du non ouverture. « 30 USD, c’est autour de 100 000 FBu alors que la majorité des commerçants ont un capital de 60 mille », précise-t-il. Ces commerçants avouent parmi eux, il y a ceux qui peuvent faire des navettes entre le Burundi et le Congo 3 fois par jour. Ce qui revient a payé autour de 300 mille FBu. Il demande au gouvernement du Burundi de revoir à la baisse la somme exigée.

Même son de cloche chez les étudiants et les élèves qui poursuivent leurs études au Burundi mais qui rentrent au Congo ou qui s’approvisionnement en vivres chez eux au Congo, ils font savoir que payer à chaque entrée est un casse-tête. « C’est comme un message qui nous est donné de ne plus faire le commerce au Burundi, d’y étudier ou d’y quoi que ce soit », lance l’étudiant Congolais rencontré sur la frontière.

Du côté du Burundi, ce sont aussi des grognes. Les burundais qui,  après avoir eu la nouvelle de l’ouverture de la frontière, se sont réveillés de bonheur pour rentrer au pays, ils se sont retrouvés  face à une police qui leur indique que leur cas est en train d’être traité. Ils racontent : Lorsque la frontière fut fermée, j’étais allée rendre visite à une famille habitant au Congo. Depuis ce jour, je ne suis jamais retournée au pays. Depuis que j’ai pris connaissance de la bonne nouvelle de la réouverture de la frontière. J’étais très contente. Mais voilà que j’arrive à la frontière, mais du côté du Burundi, on me refuse d’entrer : «  votre cas est en train d’être traité », des propos lancés par un élément de la police Burundi. Ils ajoutent d’ailleurs que la somme de 15 000 FBu exigée pour les nationaux est énorme.  

Face aux grognes, le ministre de la Santé publique, Thaddée Ndikumana tranquillise. Il indique que par rapport aux sommes jugées exorbitants, il va soumettre la question à la haute hiérarchie pour statuer sur le cas. 

Notons que d’après les dires des commerçants, l’entrée au Congo, en Tanzanie et au Rwanda est conditionnée par le payement de 15 dollars pour une période de 14 jours.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une