Quand le haricot devient une denrée rare

Advertisement

Depuis deux mois, le prix du haricot est volatile. Les prix varient d’une boutique à une autre. Les commerçants et les acheteurs convergent sur la carence de cette denrée la plus consommée. Les raisons seraient une pluie abondante qui a endommagé les champs de cette culture. Ils estiment que le prix et la disponibilité pourraient se normaliser  dans le mois à venir.

Advertisement

Nous sommes  dans la zone Bwiza de la Commune Mukaza précisément à la 5 eme avenue. Victor Hatungimana s’assoit devant sa boutique. Nous entrons dans sa boutique. Après un coup d’œil pour voir si parmi les articles qu’il vend figure le haricot, on n’a rien vu. Et de lui demander s’il vend des haricots. La réponse est «  actuellement le haricot est devenu une pierre précieuse ». Je ne le vends pas parce que je l’ai manqué. Partout sur le marché, il y a une petite quantité. Et pour en avoir, le népotisme entre en jeux. Il nous a indiqué qu’il a abandonné la commercialisation de cette denrée. Il se dit confiant que dans les jours à venir, la situation peut changer car le haricot est prêt à être mis sur le marché. Il a également souligné qu’il a eu peur d’acheter le haricot à un prix élevé alors que dans les jours à venir le prix peut chuter causant  ainsi une perte.

Eduard Bikorimana est un boutiquier de la même  zone. Dans sa Boutique, deux catégories de haricots s’observent. Il s’agit du haricot dit jaune et de celui dit Kinure. Il révèle qu’il a une quantité de 20 kg toutes les catégories confondues. M.Bikorimana informe qu’il ne peut avoir une quantité supérieure à celle qu’il a car, d’une part le prix élevé et d’autre part le prix peut chuter alors qu’il a injecté  des moyens colossaux dans l’achat de ce dernier.

Ces commerçants  indiquent que la pandémie à coronavirus a fait que le haricot ne soit pas disponible en grande quantité. Ils signalent qu’avec la fermeture des frontières, une catégorie de haricot en province de la Tanzanie n’entre pas actuellement sur le territoire burundais entrainant ainsi un déficit de cette denrée.

Situation actuelle

  DésignationPrix chez le grossistePrix chez le détaillant 
Haricot jaune24502600 
kinure19502000 
Gisoda20002200 
Kirundo18002000 
Muhoro21002300

Le ministre du Commerce, de l’industrie et du tourisme, Jean-Marie Niyokindi, a effectué, le jeudi 9 avril 2020, une descente dans différents marchés de la municipalité de Bujumbura et dans quelques alimentations où le sucre Sosumo est vendu. Il a constaté que les prix des denrées alimentaires sont revus à la hausse et a mis en garde les commerçants spéculateurs.

Cette descente s’inscrivait dans le cadre de vérifier les rapports qu’il reçoit en rapport avec  les prix de certains produits, spécialement les produits alimentaires dont le sucre. Le ministre a dit qu’il a constaté une hausse des prix des produits alimentaires en général et du sucre Sosumo en particulier. Il a mis en garde les commerçants qui augmentent les prix comme ils veulent car, d’après la déclaration du ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, la récolte a été bonne depuis 2016 jusqu’en 2020 ; la production a doublé et a même triplé. Selon M.Niyokindi, aucune raison n’explique donc pas la hausse des prix des produits de première nécessité. Jean Marie Niyokindi a fait savoir que les rapports reçus au sein du ministère ont montré que les prix des denrées alimentaires ont été revus à la hausse.

Dans une conférence de presse animée mercredi 18 février 2020, le ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Élevage, Deo Guide Rurema avait informé que la production pour la saison culturale A été bonne pour les céréales, les tubercules et les ignames. Cependant, il avait signifié que suite à la forte pluviométrie qui s’est observée, la production du haricot a été faible. Sur ce, il avait invité les agriculteurs à ne pas dilapider la récolte.

Signalons que les prix du charbon, de l’huile de coton et de la farine de manioc ont aussi rehaussés.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une