Saison Culturale 2020A: Une production agricole généralement bonne

Dans une conférence de presse animée ce mercredi 18 février 2020, le ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Élevage, Deo Guide Rurema informe que la production pour la saison culturale A été bonne pour les céréales, les tubercules et les ignames. Cependant, suite à la forte pluviométrie qui s’est observée, la production du haricot a été faible. Sur ce, il invite les agriculteurs à ne pas dilapider la récolte

« La production de la saison agricole A est satisfaisante surtout pour les céréales notamment le maïs et le riz ainsi que pour les tubercules à savoir : le manioc, la patate douce, la pomme de terre pour les régions qui les cultivent. Toutefois, il a été observé une faible production pour les cultures qui ne résistent pas à la forte pluviométrie notamment le haricot. La production de cette culture a été faible par rapport à la production attendue », indique le ministre Rurema. Il  précise que cette production agricole satisfaisante résulte des efforts conjugués entre le Gouvernement du Burundi et ses partenaires et surtout les initiatives du Gouvernement. « Au début de la saison agricole, le Gouvernement à travers le ministère de l’agriculture a disponibilisé les intrants agricoles de première nécessité dont les engrais, les semences sélectionnées et les produits phytosanitaires à un prix abordable ». Cela dans le but de permettre aux agriculteurs de commencer la saison avec moins de difficultés. A  cela s’ajoute la politique du gouvernement de regrouper les agriculteurs dans les coopératives collinaires. Ce qui a  contribué à augmenter significativement la production agricole.

Deo Guide Rurema ajoute qu’à côté  des efforts du Gouvernement, les producteurs ont contribué en adoptant de bonnes pratiques agricoles vulgarisées par le ministère et qui visent la protection des bassins versants tels que la lutte antiérosive, la plantation des arbres agro-forestiers. De plus, le ministre reconnaît les appuis multiformes des partenaires techniques et financiers qui s’alignent aux priorités du gouvernement. Il souligne que la synergie et la complémentarité mises en avant ont permis d’améliorer les conditions de vie et le bien-être du petit producteur.

Un clin d’œil aux producteurs

Le ministre lance un appel aux agriculteurs à ne pas gaspiller la production en vendant toute la production. Il les invite également à éviter le commerce frauduleux des produits alimentaires aux pays limitrophes du Burundi.  Il les appelle aussi à combattre les boissons traditionnelles fabriquées à base des graines de maïs afin de bannir toute forme de gaspillage de la production agricole.

 Le ministre met en garde aussi les commerçants spéculateurs qui spolient la production pour la revendre à un prix exorbitant ou qui pratiquent le commerce illicite de haricot et de maïs avec les pays limitrophes. Il fait remarquer qu’un suivi rigoureux sera bientôt organisé afin d’inspecter toutes les irrégularités liées à la gestion et à la commercialisation de la production plus particulièrement le commerce frauduleux des denrées alimentaires avec les pays frontaliers du Burundi. « Quiconque sera attrapé en flagrant délit, sera sanctionné de façon exemplaire suivant la règlementation en vigueur », met-il en garde. Et le ministre de solliciter la collaboration de l’administration, les forces de l’ordre, les services de l’OBR et le ministère de l’agriculture qui œuvrent sur les frontières de mener un travail de concert afin de lutter contre le mauvais comportement des commerçants spéculateurs « qui ne visent que déstabiliser la sécurité alimentaire des ménages ».

Le ministre demande aux agriculteurs de conserver leur production dans les hangars communautaires et de se regrouper en coopératives collinaires pour ne pas se laisser tromper par les commerçants spéculateurs. Il les invite plutôt à profiter de la multiplication des unités de transformation agricole pour adopter les techniques de transformation de la production agricole. Le ministère, de sa part promet d’assurer un encadrement de proximité afin de s’enquérir des défis auxquels font face les producteurs et ainsi en trouver des solutions appropriées.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une