Santé bucco-dentaire : 12 médecins spécialistes pour 12 millions d’habitants !

Au Burundi, la santé  bucco-dentaire connaît  des défis de taille : Ce secteur de la santé  possède actuellement 12 médecins spécialistes pour une population estimée  à 12 millions c’est-à-dire un médecin pour 1 million d’individus, une sensibilisation à la santé bucco-dentaire presque inexistante et une   alimentation non équilibrée

« La journée mondiale de la santé bucco-dentaire est la plus grande campagne mondiale de sensibilisation sur la santé bucco-dentaire. Elle marque l’apogée d’une campagne mondiale de 12 mois qui sensibilise à la prévention et au contrôle des maladies bucco-dentaires », Indique Dr Anésie  Manirakiza, représentante légale  de l’Association des Chirurgiens Dentistes du Burundi (ACDBU). Elle rappelle que cette journée permet de diffuser largement des messages sur de bonnes pratiques d’hygiène bucco-dentaire pour un bon état de santé général et pour le bien-être.  Elle vise à toucher tant les adultes que les enfants. Son but est aussi de placer la santé bucco-dentaire en haut des agendas mondiaux du développement et de la santé, en rappelant l’impact social et économique des maladies bucco-dentaires.

Dr Anésie  Manirakiza, représentante légale  de l’Association des Chirurgiens Dentistes du Burundi (ACDBU)

La journée mondiale de la santé bucco-dentaire marque une date clé dans le programme de la communauté de la santé bucco-dentaire. Les Associations œuvrant dans le domaine bucco- dentaire mettent  l’accent sur la charge causée par les maladies bucco-dentaires. Elles invitent le ministère de la santé publique d’investir dans la promotion de la santé bucco-dentaire. Cette journée est également l’occasion de saluer le  labeur des praticiens de l’art dentaire et du secteur dentaire dans leur souci quotidien d’améliorer l’état de la santé bucco-dentaire de la population.

Le thème de la journée mondiale de la santé bucco dentaire campagne 2021 est: « Sois fier de ta bouche », rappelle Dr Manirakiza. Elle indique que chaque personne est invitée à prendre en mains le contrôle de la santé  bucco-dentaire  tout au long de sa vie,  c’est-à-dire de l’enfance à un âge avancé. Cela afin de pouvoir profiter d’une bouche saine et fonctionnelle  et être fier de cet état.

Des révélations graves

D’après une étude produite en 2010 sur la charge mondiale de morbidité (Global Burden of Diseases, injuries and Risk Factors Study), les affections bucco-dentaires toucheraient près de 3,9 milliards de personnes dans le monde et la carie dentaire non traitée concerne près de la moitié de la population mondiale (44%). Une augmentation considérable de la parodontite sévère et de caries non traitées a été relevée. Le rapport a mis aussi en évidence que la carie non traitée sur une dent définitive constituait l’affection la plus fréquente parmi les 291 maladies incluses dans l’étude avec une prévalence mondiale de 35%, tous âges confondus. Les parodontites sévères et les caries non traitées chez les enfants touchent environ 1 personne sur 10 dans le monde. Dr Manirakiza fait savoir que les facteurs de risques comportementaux communs comprennent une alimentation déséquilibrée riche en sucre, la consommation de tabac, la consommation nocive d’alcool et une mauvaise hygiène bucco- dentaire.

Les facteurs de risques des maladies bucco-dentaires

une élève de l’école Saint Michel montre comment on brosse les dents

D’après Dr Manirakiza, les maladies parodontales (gencives) sévères, qui peuvent entrainer une perte de dents, touchent près de 10 % de la population mondiale. Elle ajoute que les maladies bucco-dentaires figurent en quatrième position des maladies dont le cout de traitement est budgétivore. Les maladies bucco-dentaires s’accompagnent de douleurs importantes et d’une forte anxiété, de défigurations, d’infections aiguës et chroniques, de difficultés à manger et à dormir, avec le risque d’une qualité de vie amoindrie. Le cancer buccal figure parmi les pathologies très fréquentes. Pour elle, les maladies bucco-dentaires sont à l origine d’une importante charge de morbidité dans de nombreux pays et peuvent se répercuter sur tous les aspects de la vie, qu’il s’agisse des relations avec les autres et de la confiance en soi, du travail scolaire, des activités professionnelles, de la capacité à interagir avec les autres. Ces maladies, dit-elle,  peuvent entrainer un isolement social et une diminution des revenus.

« Les affections bucco-dentaires sont évitables »

 La plupart des affections bucco-dentaires sont en grande partie évitables, et peuvent être traitées à un stade précoce. La santé bucco-dentaire est essentielle pour maintenir l’état de santé général et le bien-être. Cependant, elle regrette que le Burundi compte douze chirurgiens dentistes pour une population de 12 millions, soit un chirurgien dentiste pour 1 million d’habitants. Elle ajoute que 41  lauréats du cycle de Baccalauréat en Santé bucco-dentaire ne sont   pas encore recrutés.

Pour pallier à tous ces défis, Dr Manirakiza estime que l’intégration de la santé bucco-dentaire dans les programmes d’enseignement du primaire se fasse avec les programmes relatifs à la santé scolaire, le VIH/SIDA, à la santé de la mère et de l’enfant, à la prise en charge intégrée des maladies de l’enfant, et aux maladies non-transmissibles. Elle trouve aussi que la mise en œuvre des programmes de promotion de la santé bucco-dentaire constituerait une solution. Elle souhaite également la disponibilité d’un personnel de santé bucco-dentaire suffisant et qualifié. Il faut doter également le secteur de la santé bucco-dentaire des équipements suffisants et adaptés. 

Cependant, ce dentiste s’insurge en faux contre l’extraction traditionnelle des dents car, elle est traumatisante et peuvent entrainer d’autres maladies d’autant plus que ces extracteurs utilisent des objets non stérilisés pouvant provoquer d’autres maladies dont le VIH Sida.

Notons que cette journée a été célébrée pour la première fois au Burundi par les associations ACDBU, BUDENTAL MISSION, IPROSAD BURUNDI et SPDO.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une