Six mois de suspension d’importation du maïs et ses dérivées

Le ministère du commerce vient de suspendre l’importation des graines de maïs et de ses dérivées dans une déclaration sortie mardi 9 mars 2021. Jérémie Banirwaninzigo, secrétaire permanent au sein de ce ministère explique que ces produits contiennent des substances toxiques nuisibles à la santé de la population

« Le ministère du commerce, du transport, de l’industrie et du tourisme porte à la connaissance des opérateurs économiques et des consommateurs de farine qu’il s’observe ces derniers temps l’importation de graines de maïs et ses dérivées ayant une teneur élevée de mycotoxines », déclare Jérémie Banirwaninzigo, secrétaire permanent au ministère du commerce. Il indique que les mycotoxines telles que les aflatoxines et les fumonisines sont connues pour être cancérigène. Par rapport à la probable pénurie de ces produits due à cette mesure, le Secrétaire permanant tranquillise. Il indique que la saison culturale A a été bonne et que la production est abondante. Il invite d’ailleurs les producteurs à ne pas gaspiller la récolte avant de rappeler que le prix par kilo de maïs est fixé à 680 FBu.

Qu’est-ce que l’aflatoxine et pourquoi s’en inquiéter ?

L’aflatoxine fait partie d’un groupe de substances toxiques naturelles appelées mycotoxines produites par certains types de moisissures ou de champignons. L’aflatoxine est l’une des mycotoxines les plus toxiques et a suscité le plus d’attention en raison de sa présence dans les aliments et de ses effets graves sur la santé humaine, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Les champignons toxiques qui les produisent prospèrent dans les environnements chauds et humides, poussant dans le sol, la végétation en décomposition, le foin et les céréales. L’OMS estime qu’environ 25 % des aliments produits dans le monde sont détruits chaque année à cause de la contamination par les aflatoxines.

Quels types d’aliments sont susceptibles d’être contaminés ?

Outre le maïs, les cultures fréquemment touchées sont les céréales telles que le riz, le sorgho, le millet et le blé. Le manioc, les noix et les oléagineux, y compris les arachides, les graines de coton, le tournesol et la noix de coco sont également contaminés. Les épices et les herbes comme la coriandre, le curcuma, le gingembre pourrait également être affecté. Certains fruits, huiles et graisses végétales ainsi que le lait et les œufs d’animaux nourris avec des aliments contaminés pourraient également être des sources d’intoxication par les aflatoxines.

Comment savoir si un aliment contient de l’aflatoxine ?

A la question de savoir comment reconnaitre les graines de maïs ou la farine contaminées, M. Banirwaninzigo indique que c’est très difficile de les connaitre à l’œil nu à moins des études scientifiques. L’aflatoxine est incolore, inodore et invisible et il n’y a souvent aucun signe de contamination. Il n’a pas non plus de goût bien qu’une grande quantité de champignons puisse rendre le grain ou d’autres aliments amers. Il serait préférable d’éviter tout aliment qui a un goût anormal ou amer.

Le séchage et l’entreposage inadéquats dans des conditions humides rendent les conditions propices à la croissance des moisissures et à la contamination des produits alimentaires. Il serait donc préférable d’éviter les aliments qui contiennent de la moisissure.

Comment prévenir la contamination par les aflatoxines ?

La FAO considère le développement de variétés de plantes résistantes aux champignons comme un moyen de gérer ou de contrôler la contamination par les aflatoxines. D’autres moyens de prévenir l’exposition aux aflatoxines comprennent la diminution du taux d’humidité des graines après la récolte et pendant l’entreposage et le stockage des produits à basse température. L’utilisation de fongicides et d’agents de conservation contre la croissance fongique est une autre option.

Recommended For You

About the Author: Mathias Ntibarikure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une