Développement
Trending

UB : Une semaine universitaire pour découvrir les réalisations de cette institution

L’Université du Burundi organise une semaine universitaire, édition 2021. Cette dernière est organisée sous le thème « L’Université du Burundi, leader dans la formation de qualité et la recherche innovante au service du développement durable ».  Ainsi, pendant cette semaine, différentes activités culturelles et académiques ont été sur le menu. Ces dernières permettent la découverte et l’épanouissement du public au sein de l’institution

« Dans cet esprit, l’Université du Burundi, Kaminuza Mpanuzi, se veut montrer comme leader dans la formation et dans la recherche scientifique ». Sanctus Niragira, Recteur de l’Université du Burundi rappelle l’historique de cette institution d’enseignement supérieur public.  Il dit que l’Université du Burundi a été créée par le Décret royal n°00/350 du 10 janvier 1964. Ce Décret réunissait trois Facultés qui avaient été  créées en 1962. A l’époque, cette institution portait le nom de « Université Officielle de Bujumbura » (UOB). Par Décret n°001/97 du 1er septembre 1973 portant réorganisation del’enseignement supérieur à savoir l’Université Officielle de Bujumbura, l’Ecole Normale Supérieure et l’Ecole Nationale d’Administration. 

Actuellement, l’Université du Burundi est régie par le Décret n°100/07 du 22 Janvier 2019 portant réorganisation de l’enseignement supérieur au Burundi.

 Par Décret n°100/06 du 12 janvier 2015, l’Université du Burundi a ouvert une Ecole Doctorale répondant aux normes internationales accueillant les doctorants de différents horizons. Depuis sa création, l’école doctorale a enregistré 7 diplômés avec deux autres qui vont défendre leurs thèses avant le mois de novembre 2021.

Sanctus Niragira, Recteur de l’Université du Burundi

Actuellement, indique Professeur Niragira, l’Université comporte 8 facultés et 7 instituts logés dans le campus dont 3 à l’intérieur du pays. Cela dans le souci de décentraliser l’enseignement supérieur.  Au sein des différents instituts et facultés, la recherche est organisée par des centres et laboratoires de recherche. L’Université du Burundi dispose actuellement 17 centres et laboratoires de recherche. Les membres des centres et/ou laboratoires de recherche, les professeurs à temps plein ou à temps partiel dont les activités sont associés aux thématiques selon les intérêts de recherche ;  sont également membres des doctorants inscrits à l’École doctorale de l’Université du Burundi ou tout autre étudiant chercheur intéressé par les thématiques du centre et/ou laboratoire.

Des défis ne manquent pas

Même si l’Université du Burundi est le leader dans la formation de qualité et la recherche innovante, des défis ne manquent pas. Il y a un nombre insuffisant d’enseignants chercheurs, des infrastructures devant abriter les centres laboratoires de recherche restent insuffisantes, des locaux devant servir de salles de cours restent insuffisants, des produits de laboratoires arrivent à compte-gouttes, des budgets alloués à la recherche restent précaires.  

UB doit nouer des partenariats avec d’autres universités de la place et du monde

Malgré ces défis, « la volonté du gouvernement est d’augmenter le nombre de lauréats sur place de niveau Master et Doctorat pour l’amélioration de la compétitivité des jeunes dans la sous-région et au niveau international », indique Prof Frédéric BANGIRINAMA, Secrétaire Permanent au Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique.

Sur ce, Prof Frédéric BANGIRINAMA appelle les autres institutions d’enseignement supérieur de constituer des synergies et des partenariats pour emboîter le pas à l’Université du Burundi. Pour lui, la contribution de l’Université du Burundi doit se manifester à travers la dissémination des résultats de recherche dans le monde socio-professionnel pour contribuer à la mise en œuvre du PND 2018-2027.

Prof BANGIRINAMA exhorte donc l’Université du Burundi, à travers ses centres de recherche et de l’Ecole doctorale d’ouvrir leurs horizons en collaborant avec les autres centres de la sous-région, mais aussi à nouer plus de partenariats qui conduiront l’Université du Burundi à participer à de grands projets régionaux et internationaux. 

De surcroit, estime-t-il, les universités du Burundi doivent s’ouvrir au secteur privé, lequel doit ouvrir un lieu de stages et d’embauche pour les lauréats de différentes institutions d’enseignement. Il réaffirme que le gouvernement ne ménage aucun effort pour soutenir l’Université du Burundi.

Notons qu’en marge de cette semaine, différentes présentations seront faites sur différentes thématiques concernant la vie du pays.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button