Une Peste Porcine Africaine inquiète dans la commune Bugarama

Dans une conférence de presse animée ce mardi, la Direction Générale de l’élevage au Burundi a déclaré le 18 août l’apparition de la Peste Porcine Africaine sur les collines Magara II et Mugendo de la commune Bugarama en province Rumonge. Cette direction affirme que 11  porcs sont déjà morts et que 5 cas sont malades. Sur ce,  la direction de l’élevage  recommande le non achat, la vente ou l’abattage des porcs dans les communes où cette maladie a été déjà déclarée

Serges Nkurunziza, DG de l’élevage au ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage fait savoir qu’au début du mois d’août 2020, il s’est manifesté dans la commune Bugarama de la province Rumonge une maladie qui attaque les porcs, la Peste Porcine Africaine (PPA) sur les collines de Magara Il et Mugendo. M.Nkurunziza précise  que dans cette commune, cette peste a déjà emporté onze porcs et cinq encore malades. « Selon les résultats des échantillons prélevés dans cette province en date du 13 août 2020, le ministère confirme l’apparition de la Peste Porcine Africaine dans la commune Bugarama de la province Rumonge », indique M.Nkurunziza. Il souligne  également que cette maladie est  suspectée dans les provinces Muyinga et Rutana mais, dit-il, les résultats de laboratoire n’ont pas encore confirmé ou infirmé qu’il s’agit de la Peste Porcine Africaine.

Les signes cliniques de la Peste Porcine Africaine

M.Nkurunziza informe que la Peste Porcine Africaine n’a ni vaccin ni traitement, et que c’est un virus très contagieux chez les porcs. Il ajoute que la durée d’incubation est comprise entre cinq et quinze jours. D’après lui, les signes cliniques de la maladie sont la fièvre, quelques fois la toux, le jetage mucopurulent et conjonctival, diarrhée, vomissement et l’abattement généralisé. D’où le nom de « dormir « RYAMA ou DUDURA ». Nkurunziza certifie  que pour les porcs à peau claire, il se manifeste des rougeurs cutanées, particulièrement sur les extrémités et les parties déclives. Il explique que l’animal meurt au bout de trois à cinq jours après l’apparition de ces symptômes et parfois même sans symptômes suivant la forme de la maladie.  M.Nkurunziza signale que la transmission de cette maladie se fait par contact direct entre l’animal infecté et l’animal sain, l’ingestion de matière contaminée (fourrage ou reste d’aliments), l’utilisation du matériel comme les mangeoires et les abreuvoirs contaminés. Aussi, le mouvement des personnes d’une porcherie infectée vers une porcherie indemne peut également être une voie de transmission.

Contrôler et éviter la propagation

compte tenu des signes cliniques et des moyens de transmission, le ministère dont relève l’élevage interdit tout achat, vente ou abattage des porcs dans les communes où la maladie a été déclarée jusqu’à ce qu’elle soit contrôlée. Ce ministère interdit aussi la divagation des porcins dans les communes touchées. Il en est de même pour la pratique d’élevage extensif ou semi-extensif des porcins. La distribution des porcins dans les zones affectées est provisoirement suspendue.

 Conseils du ministère aux éleveurs

Dans l’objectif de mieux protéger les porcs, le ministère de tutelle demande aux éleveurs de clôturer l’espace où sont implantées leurs porcheries afin de limiter l’accès des personnes et des animaux; installer un pédiluve à l’entrée des porcheries pour que tout l’éleveur, employé ou vétérinaire qui veule accéder à la porcherie puisse se désinfecter avant d’entrer; ne pas mélanger les nouveaux animaux et les animaux nouvellement introduits dans la porcherie même si ces derniers proviennent d’une région supposée exempt de PPA,  éviter d’alimenter leurs porcins en utilisant les restes de cuisines spécialement ceux qui proviennent des restaurants ou réfectoires. Il ajoute qu’il faut aussi éviter la consommation de viande de porcs pendant la période de l’épidémie car le virus de la PPA peut rester dans les viandes de porcs pendant plusieurs jours et, l’homme peut constituer le principal propagateur de cette maladie.

Rappelons la dernière peste porcine a été déclarée au Burundi dans la province Rutana  en 2018 où 3232 porcs provenant de 1702 familles d’agriculteurs et d’éleveurs, étaient morts de la peste porcine africaine en moins d’un mois dans la commune de Giharo.

Recommended For You

About the Author: Richard Nsengiyumva

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Covid-19

Mwirinde Corona

Actualités à la une